Conflit entre la mairesse et le DG: appel à la tolérance à Magog

Plus personne au conseil municipal de Magog ne... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Plus personne au conseil municipal de Magog ne semble vouloir le nier. La relation entre la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, et le directeur général de la Ville de Magog, Armand Comeau, est difficile, voire carrément dysfonctionnelle.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Plus personne au conseil municipal de Magog ne semble vouloir le nier. La relation entre la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, et le directeur général de la Ville de Magog, Armand Comeau, est difficile, voire carrément dysfonctionnelle.

Quatre conseillers ont abordé la questionà la fin de l'assemblée publique du conseil municipal de Magog qui s'est tenue lundi soir.

Le conseiller Yvon Lamontagne a probablement été le plus direct. «Ce n'est pas d'hier qu'il y a des problèmes entre la mairesse et le directeur général», a-t-il lancé, ajoutant que le conflit a des impacts sur les activités de la Ville.

À la fin de son intervention, M. Lamontagne a dit craindre que la situation dégénère et que la Ville de Magog soit forcée d'assumer des frais élevés pour que le dossier se règle devant les tribunaux. Il a appelé les deux parties à trouver un terrain d'entente.

La conseillère Nathalie Pelletier a pour sa part admis un «disfonctionnement entre certains élus et la haute direction. Étant optimiste de nature, je prends le parti de faire confiance et de miser sur la bonne volonté des personnes concernées.»

Ayant également vanté les mérites d'Armand Comeau, Mme Pelletier a reçu l'appui de sa consoeur Diane Pelletier, qui a quant à elle invité ses collègues à faire preuve d'une plus grande «tolérance mutuelle».

Le quatrième conseiller qui a osé aborder le sujet publiquement est Steve Robert. Il n'a pas nommé Armand Comeau directement, mais il a soutenu qu'il «est grand temps que chacun s'en tienne à ses droits et responsabilités et que les choses redeviennent claires au sein de la municipalité.»

«Je tiens à rappeler à tous qu'on peut aimer ou pas la personne de madame Vicki May Hamm, mais c'est elle qui a été élue au poste de mairesse et qui possède, par ce fait même, tous les pouvoirs et responsabilités qui relèvent d'un maire d'une ville», a aussi déclaré M. Robert.

Des citoyens s'en mêlent

Assistant régulièrement aux assemblées du conseil municipal de Magog, le citoyen Michel Gauthier a déploré les tensions existantes. Il juge d'ailleurs la situation si préoccupante qu'il a proposé une mise en tutelle de la municipalité. «La facture, ce sont les citoyens et les élus qui vont la payer», a-t-il fait valoir.

Un autre habitué des assemblées du conseil, Gérald Audet, a ensuite soutenu que la situation lui apparaissait intenable. «Il me semble que ça prendrait une solution rapide», a-t-il suggéré.

Mais un troisième citoyen, Michel Raymond, a indiqué qu'il n'était pas intéressé par «les chicanes de clochers» qui ont cours à la Ville. Il a rappelé que le départ de Gilles Bertrand, le prédécesseur de M. Comeau, a coûté quelques centaines de milliers de dollars à la municipalité.

À un moment, la mairesse a interpelé Armand Comeau afin qu'il intervienne au sujet de son travail avec les membres du conseil. Il lui a dit qu'il n'avait «pas du tout le goût de répondre». Et il a ajouté qu'il «travaille avec les élus».

Les échanges entre Hamm et Comeau bien encadrées

Les tensions qui existent entre la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, et le directeur général de la Ville de Magog, Armand Comeau, ont mené à l'adoption d'une série de mesures visant à encadrer les rapports entre les deux.

Selon les informations obtenues par La Tribune, toutes les rencontres entre la mairesse de Magog et le directeur général de la municipalité devront se dérouler à l'extérieur du bureau de Mme Hamm.

De plus, la mairesse suppléante de Magog, Denise Poulin-Marcotte, sera dorénavant présente à chacune des rencontres entre la mairesse et le directeur général.

On désire également qu'Armand Comeau s'abstienne, le plus possible, de prendre part aux autres rencontres auxquelles Vicki May Hamm participera durant les prochaines semaines. L'intention n'est toutefois pas d'empêcher le directeur général de réaliser son travail de façon adéquate.

Le conseil municipal souhaite également que les deux individus se vouvoient en tout temps et excluent tout contact physique, ceci afin d'éviter tout problème d'ordre relationnel.

Considérant toutes ces conditions, on préconise que la mairesse et le directeur général échangent principalement en utilisant l'écrit, et ce, bien que cette mesure risque de provoquer des délais additionnels.

Comité de direction

En dépit des restrictions imposées, Armand Comeau a été informé que la mairesse souhaite être plus souvent présente aux réunions du comité de direction ainsi qu'aux rencontres de travail des cadres de la municipalité.

Par le passé, Mme Hamm s'est déjà plainte de ne pas posséder suffisamment d'informations concernant des dossiers importants en cours à la Ville de Magog. Elle avait invoqué son absence lors des réunions du comité de direction pour expliquer la situation.

Rappelons que M. Comeau a récemment porté plainte pour harcèlement psychologique devant la Commission des normes du travail. Les mesures adoptées pour encadrer ses rapports avec la mairesse devraient demeurer en vigueur jusqu'au début des procédures liées à sa plainte.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer