Le nouveau dg de Coaticook débarque en terrain connu

Impossible de ne pas remarquer la complicité entre... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

Impossible de ne pas remarquer la complicité entre le nouveau directeur général de la Ville de Coaticook François Fréchette (au centre) et le futur ex-directeur général Vincent Tanguay. Ce qui fait dire au maire Bertrand Lamoureux que «François Fréchette est le portrait presque identique de Vincent Tanguay». La transition promet donc d'être des plus harmonieuses.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) À l'annonce du départ de son directeur général, Vincent Tanguay, la Ville de Coaticook avait déjà dans sa mire le directeur général de la Ville de Waterville. De fait, le recrutement s'est fait avec un unique candidat via le service des ressources humaines de l'Union des municipalités du Québec, ce qui explique le court laps de temps entre le départ de l'un et la nomination de l'autre.

François Fréchette s'amène donc à Coaticook avec la confiance déjà acquise des élus, dont plusieurs ont eu l'opportunité de le côtoyer au fil des ans à travers divers comités et activités, de même qu'apprécier son éthique de travail et son efficacité.

Or, bien que le nouveau directeur et père de famille de 43 ans s'apprête à gérer une ville dont la population représente cinq fois celle de Waterville, il ne se sent nullement intimidé par les défis qui l'attendent.

Mêmes responsabilités plus de collègues

«Qu'on soit à Coaticook, Waterville ou Sherbrooke, les responsabilités municipales sont toutes les mêmes, affirme M. Fréchette. La différence, c'est que dans une petite municipalité on est face à soi-même, plongé dans les projets jusqu'au cou, alors que dans une municipalité de plus grande envergure, on a l'avantage d'avoir des gens qui nous appuient, qui sont là pour nous conseiller et nous donner des idées, pour nous aider à faire avancer les choses et ainsi pouvoir jouer davantage un rôle de coordonnateur. À Waterville je me chicanais avec moi-même dans ma tête!»

«Mon défi à Coaticook, c'est d'apprivoiser un mode de gestion complètement différent, d'apprendre à connaître et à maîtriser la bête, à l'utiliser efficacement et à prendre la bonne place. Je connais déjà plusieurs membres du personnel et je sais qu'ils sont compétents. C'est rassurant pour quelqu'un qui arrive et je sais que je vais avoir du plaisir à les challenger et à me faire challenger. C'est un beau prolongement de mon travail à Waterville.»

François Fréchette entrera en fonction le 4 avril afin de profiter d'une semaine intensive d'intégration en compagnie du directeur général actuel. Toutefois, considérant que Waterville est à la recherche de son propre directeur général, M. Fréchette ne fermera pas complètement la porte à son ex-employeur.

«C'est notre façon d'aider et de collaborer avec Mme Dupuis (Nathalie, maire de Waterville) afin d'assurer la transition avec leur futur directeur général», partage le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer