Élus et direction se disputent les pouvoirs, dit la mairesse de Magog

« Un problème existe entre la haute direction... (Archives, La Tribune)

Agrandir

« Un problème existe entre la haute direction de la Ville de Magog et le conseil municipal. Il faudrait être une autruche pour ne pas s'en apercevoir », admet la mairesse de Magog, Vicki May Hamm.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) « Un problème existe entre la haute direction de la Ville de Magog et le conseil municipal. Il faudrait être une autruche pour ne pas s'en apercevoir », admet la mairesse de Magog, Vicki May Hamm.

La nature du problème : essentiellement un manque d'écoute et de collaboration de la part de la haute direction. « Ça fait un bout de temps qu'on en parle au conseil municipal. Des élus sentent que leur rôle et leurs pouvoirs ne sont pas totalement respectés. Ce n'est pas mineur. Il est temps de remettre les pouvoirs et responsabilités aux bons endroits », explique Mme Hamm.

La mairesse de Magog ne perçoit donc pas la situation de la même façon que Diane Pelletier, une conseillère municipale influente. Dans un article paru lundi dans La Tribune, cette dernière laissait entendre que certains élus faisaient fausse route en voulant encadrer de manière trop rigide les fonctionnaires.

« Quelques-uns voient les fonctionnaires comme un frein et d'autres croient plutôt que ce sont des collaborateurs », a notamment soutenu Mme Pelletier.

«Globalement, on travaille en harmonie avec les fonctionnaires. Plein de projets sont en cours.»


Dans le même article, la conseillère municipale affirmait qu'Armand Comeau, le directeur général de la Ville de Magog, est un « gestionnaire compétent ». Appelé à commenter cette affirmation, Vicki May Hamm s'est contentée de dire qu'elle ne souhaitait pas évaluer publiquement le travail de ce fonctionnaire.

Rappelons que M. Comeau a déposé une plainte pour harcèlement devant la Commission des normes du travail. La suspension avec solde de plus d'un mois qui lui a été imposée récemment ne serait pas étrangère à sa décision de porter plainte. Après enquête, il s'est avéré que les allégations derrière sa sanction n'étaient pas fondées.

« On se parle franchement »

En dépit du « problème » existant, la large majorité des dossiers traités par les fonctionnaires de la Ville chemineraient normalement. « Globalement, on travaille en harmonie avec les fonctionnaires. Plein de projets sont en cours », assure Mme Hamm.

De plus, les membres du conseil municipal réussiraient à bien travailler ensemble, à tout le moins selon la mairesse. « On se dit les vraies choses. On se parle franchement et on adresse les problématiques soulevées. Il y a plus de respect entre les élus que pendant mon premier mandat. »

Compte tenu du contexte, Vicki May Hamm s'attend à ce que de « bonnes discussions aient lieu à huis clos entre les membres du conseil au cours des prochaines semaines ».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer