Naomi Camiré remercie les pompiers qui lui ont sauvé la vie

Naomi Camiré a eu l'occasion de remercier les... (Collaboration spéciale, Éric Beaupré)

Agrandir

Naomi Camiré a eu l'occasion de remercier les pompiers qui lui ont sauvé la vie.

Collaboration spéciale, Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Deux mois après avoir frôlé la mort, Naomi Camiré a eu la chance de rencontrer et de remercier les pompiers qui lui ont sauvé la vie, le 6 janvier, alors qu'un incendie faisait rage dans son domicile de la rue G.-E Cyr à Drummondville.

Samedi, dans le cadre d'une soirée forte en émotion, la jeune femme, mère de trois enfants, a remis aux cinq pompiers qui ont participé à son sauvetage une chaleureuse accolade, sa reconnaissance, ainsi qu'une médaille.

« Ma flamme s'était éteinte ce jour-là quand ils m'ont retrouvée couchée au sol, ironiquement ce sont eux qui l'ont rallumé, je suis très heureuse et reconnaissante d'être en vie grâce à eux », a-t-elle dit.

La victime a également remis une plaque à l'intention du Service incendie de Drummondville. Elle y a fait graver : « Naomi Camiré et la famille Bocking remercient du fond du coeur Les Pompiers de Drummondville grâce à votre travail courageux, un homme a encore sa femme et ses trois enfants ».

«Lorsque nous faisons notre travail, ce n'est pas pour la reconnaissance, mais ça fait chaud au coeur.»


Le lieutenant Steve Gaudreau et ses acolytes, Daniel St-Martin, Paul Antony-Picard, David Giguère-Roy et Serge Forget ont eu bien du mal à contenir leurs émotions devant autant de reconnaissance. 

« Certains d'entre nous ont 20 ans de service et c'est la première fois que nous avons la chance de revoir aussi rapidement et sans séquelle une victime sauvée lors d'une intervention. Lorsque nous faisons notre travail, ce n'est pas pour la reconnaissance, mais ça fait chaud au coeur », a expliqué le lieutenant Gaudreau.

Au nom de ses coéquipiers, le pompier St-Martin a remis à Mme Camiré et à sa famille une épinglette représentant un ange doré afin qu'il continue à la protéger et à protéger les membres de sa famille.

Appelés à se rendre sur les lieux d'un incendie, le 6 janvier vers 10h30, les pompiers ont aperçu Naomi Camiré gisant inconsciente, visiblement incommodée par la fumée. Constatant qu'elle était en arrêt respiratoire, ils ont effectué les manoeuvres de réanimation. 

Au moment de la faire monter dans l'ambulance, elle avait un pouls. C'est l'utilisation négligente d'une cuisinière qui serait à l'origine de l'incendie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer