Relations de travail à Magog: la conseillère Diane Pelletier lance un appel à la maturité

La conseillère Diane Pelletier propose d'explorer la voie... (Archives La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

La conseillère Diane Pelletier propose d'explorer la voie du compromis.

Archives La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Après une période tumultueuse, l'heure est venue de recréer l'harmonie entre le politique et l'administration, selon la conseillère municipale Diane Pelletier. « La situation qu'on vit est parfois inconfortable », admet-elle.

Mme Pelletier a pris la parole à la fin de la dernière assemblée publique du conseil municipal de Magog pour répondre au citoyen Gérald Audet, lequel avait demandé des précisions concernant les rôles des élus et des fonctionnaires peu de temps auparavant. Celui-ci avait notamment fait référence aux tensions existant entre certains élus et le directeur général de la Ville de Magog, Armand Comeau.

« Oui, il y a une problématique à Magog, a déclaré la conseillère municipale lors de l'assemblée publique de lundi soir. On en est conscient au conseil. On pourra éventuellement donner des explications par rapport à la situation. »

La Tribune a contacté Diane Pelletier mardi afin de mieux comprendre le problème auquel elle faisait référence. Elle a indiqué qu'elle songeait à offrir plus de détails plus tard, mais a néanmoins accepté de fournir quelques explications.

« La situation actuelle ne peut pas durer, soutient-elle. Il y a des points de vue différents sur l'administration. Le vrai problème, ce sont les divergences d'opinions qui existent par rapport au rôle de l'administration et des élus. Quelques-uns voient les fonctionnaires comme un frein et d'autres croient plutôt que ce sont des collaborateurs.

Solution de compromis

Pour résoudre le problème, Mme Pelletier propose qu'on explore la voie du compromis. « Il faudra faire

preuve de bonne volonté. Et je ne vise pas une personne en particulier en disant ça. Tout le monde pourrait faire sa part. Ça prend habituellement de la maturité pour arriver à un compromis. »

D'après Diane Pelletier, il serait opportun que chacun des acteurs impliqués s'arrête et réfléchisse à des solutions pour qu'enfin on soit en mesure d'avancer réellement.

Environ un an après l'arrivée d'Armand Comeau à la tête de la Ville de Magog, Vicki May Hamm avait publiquement admis que sa relation avec le directeur général de sa municipalité n'était pas idéale, mais leurs rapports avaient semblé s'améliorer par la suite.

« On avait l'impression que ça allait mieux dans les dernières années, confie Mme Pelletier. Mais c'est sûr que ça paraît compliqué, en ce moment, et qu'il y a des choses à régler. Je crois qu'il faut garder espoir. »

Rappelons qu'Armand Comeau a récemment déposé une plainte pour harcèlement devant la Commission des normes du travail. Il a posé ce geste dans la foulée de sa suspension d'un mois pour des allégations qui, finalement, se sont avérées « non fondées ».

Un dg « compétent »

Quoi qu'il en soit, la conseillère municipale juge qu'Armand Comeau « a fait la démonstration qu'il est un gestionnaire compétent. Il a réorganisé des services de la Ville et plusieurs employés sont satisfaits de lui. »

Elle souligne que le personnel de la Ville affecté à l'émission des permis ainsi qu'à la culture a été confronté à des changements ces dernières années. « Parfois, ce n'est pas facile pour les employés touchés », convient-elle.

La conseillère municipale reconnaît toutefois qu'Armand Comeau « a son caractère et qu'il ne fait pas l'unanimité. Il a des défauts au même titre que tout le monde. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer