Un Drummondvillois intercepté à Cuba pour espionnage

Maxime Gauthier a été arrêté pour espionnage et... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Maxime Gauthier a été arrêté pour espionnage et interrogé pendant plusieurs heures à Cuba.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Maxime Gauthier se souviendra longtemps de son plus récent périple à Cuba. Le Drummondvillois a été intercepté par les forces armées cubaines, vendredi, alors qu'il prenait des photos de tours de guet. Il se serait un peu trop approché.

« C'était un petit poste d'observation pour détecter rapidement une éventuelle invasion américaine en mer. Comme ça me semblait un peu pathétique, j'ai pris une photo, raconte M. Gauthier. Ils m'ont arrêté, amené dans une salle d'interrogation, m'ont demandé de me tourner face au mur et m'ont passé les menottes. »

Les militaires ont ensuite pris possession de son appareil-photo et lui ont demandé d'identifier chacune des personnes se retrouvant en avant-plan sur ses clichés. Comme il n'était pas en mesure de le faire, ils ont effacé la grande majorité de ses photographies. « Il ne me reste que des photos de paysage et, bien entendu, aucune des postes d'observation », remarque-t-il.

Le vacancier a été interrogé en espagnol pendant plusieurs heures.

Même s'ils voyaient que le Drummondvillois avait du mal à comprendre et à répondre, ses interlocuteurs n'ont mis aucun effort afin de lui parler en anglais ou de lui fournir un interprète. Le Drummondvillois suggère que les militaires avaient peu de temps à gaspiller et qu'ils ont choisi de lui donner une leçon plutôt que de le traiter justement.

« Je me suis rendu compte après coup qu'ils ne m'avaient pas demandé mon nom et qu'ils n'avaient pas voulu voir mon passeport. Je pense que lorsqu'ils sortaient de la pièce après m'avoir passé un savon, ils devaient rire un bon coup. S'ils avaient fait leur travail sérieusement, je serais fiché », croit-il.

Un explorateur généreux

Habitué de l'île de Cuba, Maxime Gauthier s'y est rendu à de nombreuses reprises en compagnie de sa conjointe Mélanie St-Cyr. C'était la deuxième fois qu'il faisait cavalier seul et la première fois qu'il se rendait dans la région de Santiago, dans le sud du pays.

Au-delà de la plage, du soleil et des forfaits, le Drummondvillois aime bien explorer et capturer de jolis paysages à l'aide de son appareil-photo. Animé par une grande générosité, il apporte divers articles qu'il se fait un plaisir de remettre aux gens qui croisent son chemin.

« Il part toujours avec une valise d'effets personnels et une valise de cadeaux. Il donne des vêtements, des casquettes, des brosses à dents, des bonbons et d'autres objets de consommation courante », raconte Mme St-Cyr.

Informée de l'arrestation de son conjoint au cours des heures qui ont suivi sa libération, la jeune femme se montre plutôt rassurée. Elle a développé une grande confiance envers le peuple cubain.

« S'il était en République dominicaine ou dans un pays plus corrompu, je serais plus inquiète, mais à Cuba les gens sont gentils », précise-t-elle. Maxime Gauthier doit rentrer au pays jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer