Le camp du non l'emporte à Bolton-Est

La municipalité de Bolton-Est ne pourrait pas autoriser... (123RF)

Agrandir

La municipalité de Bolton-Est ne pourrait pas autoriser Bell mobilité à ériger une tour de télécommunication en bordure de la route 243 sans contrevenir à sa réglementation

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) La municipalité de Bolton-Est ne pourrait pas autoriser Bell mobilité à ériger une tour de télécommunication en bordure de la route 243 sans contrevenir à sa réglementation.

Bolton-Est a tenu un référendum en lien avec le projet de tour de télécommunication de Bell mobilité le 28 février. Les opposants au changement de réglementation qui était proposé l'ont facilement emporté. Un total de 18 personnes se sont exprimées dans le cadre de cette consultation populaire. De ce nombre, une seule a donné son aval.

Mairesse de Bolton-Est, Joan Westland-Eby prend acte de la décision de la population. Elle ignore cependant si le résultat du référendum aura une quelconque incidence sur l'issue du dossier.

« En raison du résultat du vote, on ne va pas changer le zonage pour Bell, confie Mme Westland-Eby. Par contre, Industrie Canada a déjà accordé son autorisation à la compagnie. On ne sait pas ce qu'on fera exactement. On doit rencontrer notre avocat bientôt pour discuter du dossier. »

La mairesse de Bolton-Est laisse entendre qu'il n'est pas exclu que sa municipalité s'engage sur la voie judiciaire pour contrer le projet de Bell. Mais elle note que cela obligerait sa municipalité à dépenser plusieurs milliers de dollars sans avoir la garantie qu'elle gagnerait sa cause.

Un « meilleur service »

Aux yeux de Joan Westland-Eby, il semble clair que les services de télécommunication offerts aux citoyens de Bolton-Est ne s'amélioreront pas, advenant que la compagnie aille malgré tout de l'avant.

« Les citoyens de notre secteur ont déjà accès à l'internet à haute vitesse à bon prix, affirme la mairesse. Ce projet, ce serait pour les gens qui visitent notre secteur et pas vraiment pour notre population locale. C'est devenu le discours des compagnies, maintenant, de dire qu'elles veulent donner un meilleur service aux personnes en visite chez nous. »

À ce sujet, Mme Westland-Eby déplore que certaines compagnies de télécommunication songent à ajouter « une troisième ou une quatrième tour » dans de petits milieux alors que certaines localités ne sont pas desservies. « Pourquoi La Tuque attend-elle toujours le service en 2016 », demande-t-elle.

Les opposants en action

Membre du regroupement de citoyens opposé au projet de Bell, April O'Donoughue se montre heureuse du résultat du référendum, et ce, bien que sa portée soit très limitée.

« Au plan légal, c'est plus clair, lance Mme O'Donoughue. On pourra aller voir le ministre responsable du dossier, au fédéral, pour lui demander de modifier la position prise par Industrie Canada sous les conservateurs. On informera aussi la Commission de la protection du territoire agricole du Québec de la situation. »

Le groupe d'opposants espère également obtenir un moratoire sur la construction de tours dans le secteur de Bolton-Est, Potton et Austin. Il souhaite que le député de Brome-Missisquoi, Denis Paradis, acceptera de supporter cette demande.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer