Une photo des pompiers provoque des remous à Magog

Des membres du service incendie de Magog ont... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Des membres du service incendie de Magog ont diffusé sur un réseau social une photo d'eux assis sur une sculpture dénonçant l'intimidation. L'image en question a fait un peu jaser depuis sa publication.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Des membres du service incendie de Magog sont-ils allés trop loin en diffusant sur un réseau social une photo d'eux assis sur une sculpture dénonçant l'intimidation? Certains dirigeants de la Ville de Magog en ont été offusqués, mais le Syndicat des pompiers et pompières de Magog laisse entendre que ses membres ont plutôt commis un geste positif.

La photographie a circulé sur les réseaux sociaux il y a quelques jours. Même la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, l'a partagé avec tous ceux qui ont accès à sa page Facebook.

Après hésitation, Mme Hamm a refusé de commenter l'affaire publiquement pour des raisons légales. Elle avait toutefois rappelé, en publiant la photo, qu'elle avait elle-même invité les citoyens de Magog à se faire photographier aux abords de la sculpture concernée l'automne dernier. La photo et les commentaires qui l'accompagnaient ont disparu de sa page Facebook.

Depuis que l'image a circulé, le capitaine Bruno Giroux a envoyé une lettre au conseil municipal de Magog afin d'expliquer ce qui l'a motivé à participer à cette action.

Entre autres, dans sa lettre, M. Giroux soutient qu'il ne faut faire aucun lien entre la photographie et le dossier des deux suspensions imposées à des cadres de la Ville de Magog, lequel demeure des plus nébuleux pour le moment.

Le capitaine du service de protection incendie écrit également que la conseillère municipale Nathalie Pelletier avait elle-même plaidé en faveur de la lutte à l'intimidation au moment de l'inauguration de la sculpture en octobre dernier. « On lance le message que c'est inacceptable, peu importe les circonstances », avait-elle déclaré à l'époque.

Demande de rencontres

Selon le Syndicat des pompiers de Magog, le directeur des ressources humaines de la Ville de Magog, Jean-Nicolas Bergeron, désire rencontrer les membres du service de protection incendie apparaissant sur la photo. Le syndicat aurait préféré éviter ce type de rencontre, mais a accepté de collaborer.

« On se demande pourquoi ces rencontres sont nécessaires, indique Stéphane Goyette, vice-président du Syndicat des pompiers de Magog. Les pompiers ont une image positive et on veut dire qu'on est 100 pour cent contre l'intimidation. D'ailleurs, la Ville disait que cette sculpture était un symbole. Ce geste a été fait de bonne foi, mais on dirait presque qu'il y a eu une infraction. »

Lorsqu'on fait remarquer à M. Goyette que ses collègues étaient en uniforme quand la photographie a été prise, il répond que les pompiers sortent fréquemment pour participer à différentes activités dans le milieu.

« On nous demande régulièrement d'être présents, pendant nos heures de travail, à des activités dans la communauté, note-t-il. Faire une photo avec cette sculpture, c'est la même chose. Et, si ce n'est pas correct, on va arrêter de sortir de la caserne pour aller rencontrer le public un peu partout. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer