Coaticook veut continuer d'avancer malgré l'adversité

Le maire de Coaticook jette un dernier regard... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

Le maire de Coaticook jette un dernier regard sur les notes du discours qu'il s'apprête à partager devant une salle comble lors du traditionnel Souper du maire. Un avant-dernier puisque Bertrand Lamoureux se prépare à tirer sa révérence en 2017 à la fin de son mandat.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) L'année 2015 aura été difficile pour Coaticook. Le maire Bertrand Lamoureux ne s'en cache pas. Il a d'ailleurs profité de la tribune qui lui était offerte cette semaine lors du Souper du maire organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de la région de Coaticook afin de dresser le bilan des événements de la dernière année, ainsi que de faire un survol des projets prévus pour 2016.

D'entrée de jeu, le premier magistrat n'a pas hésité à faire la promotion du nouveau développement McAuley aménagé par la Ville et dont les 40 terrains ont été mis vente cette année.

Autre projet d'envergure, la construction de la station de traitement d'eau potable Marcel-Benoit au coût de 7,6 M$. « La teneur en arsenic trop élevée de notre eau nous a contraints à réaliser cet investissement, rappelle M. Lamoureux. Mais tant qu'à faire, nous en avons profité pour rendre notre eau moins dure. »

Du côté d'Hydro-Coaticook, on a procédé à la réfection des barrages Belding et Penman, ainsi que le remplacement du transformateur McDuffee, soit un investissement totalisant 435 000 $.

Le maire de Coaticook a eu droit à des applaudissements lorsqu'il a fait état des feux de circulation récemment installés sur la rue Child à la hauteur du Marché IGA, un carrefour de plus en plus achalandé. « C'est une belle acquisition pour la sécurité de nos piétons et des automobilistes », a déclaré M. Lamoureux.

Alors qu'on croyait que 2014 allait mettre un terme, du moins pour un temps, aux maux de tête causés par le ruisseau Pratt qui traverse le centre-ville, deux événements sont venus secouer les riverains et les finances de Coaticook en 2015 : les pluies diluviennes du 9 au 10 juin et l'épisode de grêle du 3 août pour un coût total de 1,8 M$.

En amont de ces sinistres, un troisième événement s'est joint à la liste, soit la débâcle du mois d'avril. « Personne n'en a entendu parler, mais les dommages causés au barrage de la rue St-Paul ont été importants, a confié Bertrand Lamoureux. Sans compter la perte de vente d'électricité en raison du temps nécessaire à la réalisation des travaux. »

Les projets pour 2016

Selon le programme triennal d'immobilisations 2016-2018, le montant des projets d'investissement prévus pour 2016 s'élève à 15 M$. « Nous ne pourrons pas en faire pour plus de 6,8 M$, a annoncé le maire de Coaticook. De ce montant, 2 M$ sont des subventions. Ça nous prend du fric », a-t-il ajouté avec un clin d'oeil à l'intention de Nicole Forcier, attachée politique du député Guy Hardy.

Parmi les projets sur la table pour 2016, soulignons, entre autres, la réfection des toitures du complexe industriel de la rue Merrill et de l'hôtel de ville, ainsi que le remplacement d'un camion 10 roues. On procédera aussi à l'achat et l'installation de compteurs d'eau, lesquels seront suivis d'une tarification en 2017 et 2018 suivant le type d'utilisateur. Du côté de la voirie, la réfection du rang 9, une route collectrice par laquelle transigent les résidents de Saint-Herménégilde, East Hereford et Saint-Venant, est considérée comme une priorité. « Si et seulement nous recevons des subventions de la TECQ (Programme de la taxe sur l'essence et la contribution du Québec) », a tenu à préciser Bertrand Lamoureux.

Soucieuse d'être de son temps, la Ville de Coaticook verra à installer une première borne de recharge de 400 volts au centre-ville.

Un dernier souhait

« Je souhaite des bassins de rétention pour le ruisseau Pratt, a conclu le maire de Coaticook. Dans les dernières années nous avons dû investir pour réparer les dégâts et sécuriser le ruisseau, mais nous risquons d'être victimes d'autres coups d'eau. Ça nous prend des bassins. Nos plans sont prêts, mais le coût des travaux est estimé entre 4 à 5 M$ et nous n'avons pas l'argent pour le faire. Nous avons besoin de l'aide du gouvernement. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer