Maison Tourigny : « Après, il sera trop tard! »

La maison Tourigny-Laforest devrait être démolie à court... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La maison Tourigny-Laforest devrait être démolie à court terme. Un immeuble à bureaux de quatre étages sera construit sur le terrain où prend place cette résidence patrimoniale.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) « Après, il sera trop tard! » Voilà comment André Bourassa, un ancien président de l'Ordre des architectes du Québec (OAQ), résume les enjeux existants dans le dossier de la démolition de la maison Tourigny-Laforest.

M. Bourassa a acheminé une lettre à la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, et aux autres membres du conseil municipal de cette ville. Lue par l'architecte Roberpierre Monnier lors de la dernière assemblée publique du conseil, la missive explique pourquoi la préservation de la maison Tourigny-Laforest aurait été une bonne idée.

« À quoi peuvent servir tous les efforts pour promouvoir la spécificité de Magog si ces bâtiments distinctifs ne sont pas identifiés, protégés et mis en valeur, écrit l'ancien président de l'OAQ. Magog est reconnue pour ses attraits naturels, le lac, la montagne et le parc. Cependant, pour le cadre bâti, l'aide des élus est requise. »

André Bourassa souligne dans sa lettre que l'État du Vermont, aux États-Unis, consacre beaucoup d'efforts à la protection de son patrimoine bâti. Il invite de façon indirecte les élus magogois à imiter les autorités vermontoises en ce qui concerne la préservation des bâtiments patrimoniaux.

Par ailleurs, le collectif Sauvons l'Îlot Tourigny accuse la MRC de Memphrémagog d'avoir été inactive dans le dossier de la maison Tourigny-Laforest. Il laisse entendre que la MRC n'aurait pas dû accorder un certificat de conformité à la Ville de Magog pour son quartier des technologies de l'information et des communications.

« Pourquoi avons-nous une instance responsable du territoire régional si elle accorde un certificat de conformité à la Ville sans se soucier que les changements apportés ne respectent pas le plan d'urbanisme en vigueur? » demande Sauvons l'îlot Tourigny.

Le collectif invite le préfet de la MRC de Memphrémagog, Jacques Demers, et les autres maires de la MRC à s'intéresser au dossier et à prendre position. « Un long silence de leur part paraîtrait comme un abandon de responsabilités. »

Sauvons l'îlot Tourigny rappelle par ailleurs que Vicki May Hamm avait elle-même proposé que le quartier des Tisserands devienne le secteur désigné pour l'implantation des entreprises oeuvrant dans le domaine des technologies de l'information et des communications.

Le développement du quartier des Tisserands grâce au secteur des TIC demeure vraisemblablement un projet qui intéresse la Ville de Magog. Mais la municipalité est consciente qu'un tel projet pourrait difficilement voir le jour à court terme.

Rappelons que le promoteur Gilles Bélanger a annoncé la construction d'un immeuble à bureaux de quatre étages sur l'îlot Tourigny au cours de l'année 2016. Le futur édifice accueillera principalement des entreprises du secteur des TIC.

Miser sur le développement durable

Le promoteur Gilles Bélanger a embauché une spécialiste du développement durable afin de réaliser un projet immobilier qui correspond aux standards les plus élevés.

Pour qu'un projet réponde aux critères du développement durable, il faut notamment que l'acceptabilité sociale soit au rendez-vous. Or, cette dimension a semblé constituer un problème pour M. Bélanger depuis quelques semaines.

La nouvelle venue dans l'équipe du promoteur se nomme Claire Garon. Elle devrait aider l'homme d'affaires à bonifier son projet et à le rendre plus acceptable pour la population magogoise.

Selon Mme Garon, Gilles Bélanger gagnera de nombreux points simplement en posant une série de petits gestes de nature à plaire aux citoyens et aux décideurs locaux.

«On est en lien avec le Comité du patrimoine paysager estrien.»


La spécialiste du développement durable assure que la question de l'aménagement paysager est traitée avec sérieux. Elle révèle d'ailleurs que le promoteur envisage de créer un petit parc aux abords de la future place Tourigny.

« On est en lien avec le Comité du patrimoine paysager estrien. On souhaite arriver à la meilleure intégration au chapitre du bâti et des aménagements paysagers», assure Claire Garon, ajoutant que le projet de revitalisation du centre-ville de Magog constitue aussi une donnée à considérer.

Mme Garon rappelle dans la foulée que le promoteur a l'intention de réaliser des aménagements qui permettront à la population de ne pas oublier la maison Tourigny-Laforest et l'héritage laissé par ses anciens occupants.

« Un vidéaste a filmé l'intérieur de la résidence et on aimerait créer une projection pour témoigner de la vie de ceux qui l'occupaient à une autre époque. Éventuellement, on aimerait être inclus dans le circuit patrimonial. »

Un inventaire des pièces de valeur à l'intérieur de la maison a été réalisé. Une rampe d'escalier ainsi que la porte avant de la résidence figurent parmi les éléments qu'on prévoit sauver.

Rappelons en terminant qu'une inspection récente, effectuée dans la maison Tourigny, a révélé la présence d'amiante. Une contamination fongique « importante » a également été détectée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer