Le dg de Magog reconnaît des «accrocs »

Le directeur général de la Ville de Magog,... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le directeur général de la Ville de Magog, Armand Comeau, reconnaît sans difficulté « avoir eu des accrocs » avec l'ex-maire Serge Roy à l'époque où il oeuvrait à Notre-Dame-de-l'Île-Perrot.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le directeur général de la Ville de Magog, Armand Comeau, reconnaît sans difficulté « avoir eu des accrocs » avec l'ex-maire Serge Roy à l'époque où il oeuvrait à Notre-Dame-de-l'Île-Perrot.

« Dans cette municipalité, j'ai travaillé avec deux maires en raison d'une élection en cours de route. Le second maire ne digérait pas que je sois demeuré proche du maire qui était là avant lui et il a cherché à me nuire. Voilà pour l'essentiel. Le reste fut technique », soutient M. Comeau.

Le grand patron de la Ville de Magog ajoute que Serge Roy « a monté un dossier » visant son départ. Il soutient avoir affronté la municipalité avec des « moyens limités », ce qui l'aurait empêché d'avoir autant de succès qu'il l'aurait voulu devant la Commission des relations du travail.

Contacté par La Tribune au cours des derniers jours, Armand Comeau a refusé d'accorder une entrevue en lien avec son passage à Notre-Dame-de-l'Île-Perrot. Il a cependant fait parvenir un communiqué dans lequel il explique différents éléments liés à sa carrière dans le monde municipal.

« Lorsque je suis arrivé à Magog, j'ai été d'une grande transparence..., assure M. Comeau. Mon objectif était de faire un dernier mandat comme directeur général en faisant table rase de mon passé pour que l'on travaille dans la vérité plutôt que dans le mensonge. Pourquoi? Afin de bâtir une organisation résolument tournée vers son développement. »

Selon lui, le changement qu'il a proposé à l'organisation municipale « a dérangé des gens » et il dit le comprendre. « Tout changement, même bénéfique, suscite des inquiétudes et c'est normal. Toutefois, il a inspiré une grande majorité des employés. »

Armand Comeau affirme d'ailleurs qu'il a reçu « de nombreux témoignages écrits de reconnaissance autant de la part de membres du conseil municipal que d'employés de la municipalité se trouvant à tous les niveaux. »

Il rappelle finalement avoir été directeur général dans deux autres municipalités entre son départ de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot et son arrivée à Magog, soit à Saint-Charles-sur-Richelieu puis à Farnham entre 2006 et 2010.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer