Les pompiers de Drummondville sauvent la vie d'un homme

Un homme d'une cinquantaine d'années doit la vie... (Collaboration spéciale, Éric Beaupré)

Agrandir

Un homme d'une cinquantaine d'années doit la vie aux pompiers de Drummondville.

Collaboration spéciale, Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Les pompiers du Service de sécurité incendie de Drummondville ont tiré un homme d'une cinquantaine d'années hors d'un immeuble en flammes, mercredi en fin de soirée.

Les sapeurs ont été appelés à intervenir pour l'incendie d'un bâtiment situé à l'angle des rues St-Marcel et St-Jean vers 22 h 35. À leur arrivée, ils ont aperçu plusieurs locataires de l'immeuble et ont d'abord cru que tous avaient réussi à évacuer le bâtiment de façon sécuritaire.

Comme le veut la procédure, les pompiers ont tout de même investi les lieux pour se rendre vers la source du brasier et tenter de le maîtriser. C'est en se rendant à l'appartement d'où provenaient les flammes et en vérifiant les logements avoisinants qu'ils ont découvert un homme en détresse respiratoire et semi-conscient.

Les combattants du feu ont rapidement évacué la victime qui avait visiblement été intoxiquée vu l'importante quantité de fumée qu'elle avait inhalée. Une fois à l'extérieur, les ambulanciers ont pris le relais et lui ont prodigué sur place les soins appropriés. Heureusement, l'état de santé du quinquagénaire semble s'être amélioré rapidement, ce qui a facilité son transport et son admission au service d'urgence du centre hospitalier Sainte-Croix de Drummondville.

Au moment d'écrire ces lignes, l'origine de l'incendie n'avait toujours pas été confirmée. Les premiers constats laissaient toutefois croire qu'il serait de nature accidentelle.

Le 555 de la rue St-Jean abrite notamment le studio de photographies Iziimage.

Un homme passé à tabac à Saint-Germain-de-Grantham

Un homme d'une cinquantaine d'années a été sauvagement agressé au cours de la soirée de mercredi, devant une construction abandonnée située au 227, 12e rang, à Saint-Germain-de-Grantham, près de Drummondville.

La victime aurait été appelée à cet endroit dans le cadre de travaux de rénovation. À son arrivée sur les lieux, il s'est fait surprendre par un agresseur qui l'a frappé à maintes reprises à l'aide d'une barre de fer. Malgré ses ecchymoses et fractures multiples, l'homme a été en mesure de se rendre à sa résidence et de transmettre à sa conjointe l'information nécessaire pour qu'elle puisse communiquer avec les autorités.

À leur arrivée, les ambulanciers ont trouvé un homme ensanglanté qui présentait de nombreuses lacérations et blessures aux bras, aux jambes et au visage, ainsi que des fractures.

Des témoins ont affirmé ne pas avoir souvent vu un homme aussi mal en point après avoir été roué de coups.

La victime a été transportée au centre hospitalier Sainte-Croix de Drummondville où elle a été reçue par l'équipe de traumatologie. Les policiers de la Sûreté du Québec ont ouvert une enquête et des policiers ont passé une partie de la soirée à étudier le terrain où a eu lieu l'agression.

Au moment d'écrire ces lignes, on ne craignait pas pour la vie de la victime malgré la sévérité des blessures. Pour le moment, les enquêteurs traitent ce dossier comme un vol qualifié, l'homme ayant été dépouillé d'une certaine somme d'argent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer