Des sommes reçues sans joie à Lac-Mégantic

Les familles des 47 personnes décédées en lien... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les familles des 47 personnes décédées en lien avec la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic ont commencé à recevoir l'argent provenant du Fonds d'indemnisation des victimes du 6 juillet 2013. Dans certains cas, le règlement soulève du mécontentement chez les proches.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les familles des 47 personnes décédées en lien avec la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic ont commencé à recevoir l'argent provenant du Fonds d'indemnisation des victimes du 6 juillet 2013.

Raymond Lafontaine, qui a perdu un fils, deux... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Raymond Lafontaine, qui a perdu un fils, deux belles-filles et un employé dans la tragédie, a reçu 17 000$ du Fonds d'indemnisation des victimes du 6 juillet 2013. 

Archives, La Tribune

Le Fonds d'indemnisation des victimes de Lac-Mégantic atteint quelque 460 millions $ canadiens. Le plan d'arrangement avec les créanciers prévoit que 24,1 pour cent de ce fonds, soit environ 111millions$, sera distribué aux réclamations dans les cas de décès. Le fiduciaire américain qui avait en sa possession cette somme l'a libéré aux firmes d'avocats afin qu'elle soit répartie au bénéfice des familles de victimes décédées.

L'avocat d'une quarantaine de ces familles Me Hans Mercier confirme que les virements bancaires vont être effectués jeudi et vendredi, alors que les chèques vont être remis en personne à ceux qui le souhaitent.

« Nous sommes en plein dans le processus de distribution. Je suis en contact avec la quarantaine de familles que je représente, soit entre trois et quinze personnes par famille selon les cas. Pour certains, c'est un soulagement de recevoir ces sommes d'argent parce qu'ils n'avaient pas repris le travail depuis les événements de 2013. Il y a aussi un dossier où il y a du mécontentement parce que l'indemnisation en cas de décès est inférieure à ce qui aurait été touché pour le choc post-traumatique. Nous étions opposés à cette répartition, mais ça n'a pas été retenu dans le plan d'arrangement avec les créanciers. Pour certaines grosses familles, la répartition peut aussi sembler injuste parce que le montant est distribué entre plusieurs personnes. Il était impossible d'en arriver à un scénario parfait », explique Me Hans Mercier.

Raymond Lafontaine fait partie de cette catégorie qui accepte difficilement la répartition des indemnisations en cas de décès. Son fils et deux belles-filles étaient attablés au Musi-Café lorsque le train fantôme a déraillé puis s'est enflammé.

« J'ai perdu ma vie, ma famille et vécu une séparation après le décès de mon fils, deux brus et un employé. Un train sans surveillance a fauché ma vie. Ne venez pas me dire que 17 000 $ peut compenser la perte d'un fils, alors que certains touchent 120 000 $ pour la perte d'une fille parce que leur famille est moins grosse. Des personnes qui n'ont perdu aucun membre de leur famille touchent plus que moi parce qu'ils restaient dans la zone rouge. L'argent est mal distribué. Cependant, l'argent ne ramènera jamais mes enfants. Pour mes petits-enfants, la somme qu'ils vont recevoir est correcte, mais pour moi c'est ridicule », déplore M. Lafontaine.

Ce dernier estime que les « vrais coupables » qu'il considère être les gouvernements canadien et américain, ne sont pas au banc des accusés à la suite des tragiques événements de 2013.

« On connaît les coupables, mais on passe à côté. Personne n'a été puni à la suite de cette affaire-là », estime Raymond Lafontaine.

Louise Couture a perdu sa fille Kathy Clusiault dans la nuit du 6 juillet 2013. La jeune femme de 24 ans restait dans un logement au 2e étage d'un immeuble situé juste en face du Musi-Café.

« Ce n'est pas une grande joie de recevoir cet argent, mais nous allons l'accepter. J'attends un courriel pour confirmer que l'argent est bel et bien distribué. C'est certain que ça va mettre fin à une certaine attente parce que je suivais constamment les développements des poursuites dans les journaux. La distribution du fonds d'indemnisation va mettre un point final à cet épisode afin que nous puissions passer à autre chose », indique Louise Couture.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer