Woburn se prépare pour un 16e Défi de la Gosford

La 16e édition du Défi de la Gosford... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

La 16e édition du Défi de la Gosford repose principalement sur les épaules du maire de Saint-Augustin-de-Woburn, Raoul Proteau, du président fondateur de l'événement, Bernard Saucier, et des deux principaux commanditaires de l'activité, Michel Ouellet, directeur général de la Caisse Desjardins du Granit et président d'honneur, et Sylvie Plouffe, coordonnatrice télé locale et représentante de Câble Axion.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Les 6 et 7 février prochain sera présentée la 16e édition du Défi de la Gosford, cette course annuelle d'attelages de chiens de traîneaux des plus spectaculaire, de très fort calibre et d'une qualité toute nord-américaine.

« Nous sommes chanceux de compter cet événement d'envergure dans la MRC du Granit, un événement qui mobilise plusieurs personnes », a indiqué la chargée de projet pour l'activité, Marie-Claude Lacombe.

« Plus de 60 coureurs, communément appelés des mushers, devraient participer à ces compétitions relevées, sanctionnées par le Club d'attelages de chiens du Québec, sur le territoire du mont Gosford, à Saint-Augustin-de-Woburn », a continué le président fondateur de l'événement, musher lui-même, Bernard Saucier. Ces coureurs proviennent du Québec, de l'Ontario et des États-Unis.

« Ils sont de plus en plus rares les événements familiaux complètement gratuits, et qui constituent, en plus, un spectacle enlevant et surprenant... L'objectif ultime du Défi de la Gosford, c'est d'amener la population à venir découvrir ou redécouvrir le joyau qu'est le mont Gosford, à se l'approprier, et d'offrir une activité hivernale pouvant faire bouger les gens. Ils peuvent ainsi faire de la randonnée, de la raquette à prix modique, profiter des refuges en forêt, comme hébergement », d'ajouter M. Saucier.

Le maire de Saint-Augustin-de-Woburn, Raoul Proteau, a, pour sa part, attiré l'attention sur un organisme municipal, Gestion du Mont-Gosford, anciennement la Forêt habitée du Mont-Gosford, et qui parraine les courses de traîneaux à chiens. « Gestion du Mont-Gosford regroupe huit organismes partenaires, dont la ZEC Louise-Gosford et Sentiers Frontaliers, entre autres... Nous souhaitons accueillir la population, car il s'agit de terres publiques qui appartiennent à tout le monde, et nous vous souhaitons la bienvenue », a confié M. Proteau.

L'édition 2016 du Défi de la Gosford risque de prendre de l'ampleur puisqu'il s'agira de la première course du circuit cette année. En effet, le manque de neige a compromis les premières courses qui devaient avoir lieu à Valcartier et à L'Épiphanie, et pourrait même forcer l'annulation de la troisième, cette fin de semaine à Saint-Luc-de-Vincennes.

« Les coureurs viennent à Woburn habituellement pour se préparer adéquatement pour la grande course qui a lieu à Laconia, aux États-Unis, juste après le Défi de la Gosford. Si nous sommes pour eux la première course de l'année, elle prend ainsi beaucoup plus d'importance. Nous avons des caractéristiques spéciales qui deviennent des avantages, comme une qualité de piste remarquable qui amoindrit beaucoup les aléas des courses, qui ne reposent plus sur des facteurs extérieurs aux attelages de chiens eux-mêmes. Que l'attelage parte premier ou dixième, la piste n'est pas détériorée parce que nous la préparons longtemps à l'avance avec un équipement pour damer très performant, fourni par le Club de motoneige de Lac-Mégantic et utilisé par le Garage Roger Choquette depuis plusieurs années. Nous les en remercions très sincèrement », a conclu le président, Bernard Saucier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer