De l'aide pour une jeune mère paralysée

Catherine Beaudoin admet une certaine gêne face au... (Photo fournie)

Agrandir

Catherine Beaudoin admet une certaine gêne face au vent de sympathie à son endroit.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(SHERBROOKE) Le ciel est littéralement tombé sur la tête de Catherine Beaudoin et sa petite famille au cours des derniers mois.

Catherine Beaudoin, en compagnie de son conjoint Keith... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Catherine Beaudoin, en compagnie de son conjoint Keith et de ses enfants, Dorothée, Joséphine et Abraham

Photo fournie

Le 10 mai, jour de la fête des Mères, la jeune maman de trois enfants, qui était pétante de santé, s'est retrouvée paralysée au beau milieu de la nuit. Incapable de bouger ses membres inférieurs, elle s'est rendue à l'hôpital où on lui a retiré une masse qui obstruait sa colonne vertébrale. Cette masse s'est avérée être cancéreuse. Un cancer de stade trois nécessitant un traitement agressif.

Trois semaines plus tard, les chirurgiens ont dû intervenir une nouvelle fois, la masse ayant doublé rapidement de taille, provoquant une nouvelle paralysie. Cette fois, on a dû enlever deux vertèbres et deux côtes au passage afin d'éradiquer le mal.

Depuis, elle séjourne au centre de réadaptation en déficience physique de Québec où elle s'efforce quotidiennement à regagner son autonomie. Les médecins se font peu optimistes relativement à ses chances de remarcher, mais elle désire améliorer son état afin de s'occuper adéquatement de ses enfants.

Événement-bénéfice

Si elle n'éprouve pas trop de difficultés à se mouvoir à l'intérieur de son domicile de Princeville, certaines actions banales représentent une montagne pour la maman de 25 ans. Informés de la situation, Maxime Lamontagne et son équipe ont décidé d'organiser un événement-bénéfice afin de venir en aide à la petite famille. Il s'agit d'un souper de type vin et fromages qui aura lieu le 12 mai au Complexe Sacré-Coeur de Victoriaville.

«Nous souhaitons rénover la salle de bain afin qu'elle ait accès à la douche et acheter des électroménagers à commande frontale et un four à porte latérale.»


L'objectif de l'événement sera de répondre aux besoins les plus urgents de la famille en matière de carburant, de nourriture et d'hébergement lors des périples à l'extérieur pour suivre des traitements, mais surtout d'adapter leur domicile à la nouvelle situation de la mère.

« Nous souhaitons rénover la salle de bain afin qu'elle ait accès à la douche et acheter des électroménagers à commande frontale et un four à porte latérale. Dans le meilleur des mondes, on aimerait également lui trouver un ascenseur pour qu'elle puisse aller coucher ses enfants à l'étage », explique M. Lamontagne, président de la nouvelle fondation Il était une fois.

Plus habitués de donner que de recevoir, Catherine Beaudoin et son conjoint, Keith, éprouvent une certaine difficulté à tendre les bras et sont quelque peu gênés par ce vent de sympathie qui leur fait pourtant beaucoup de bien.

« Donner, c'est facile, mais quand tu es dans le besoin, ce n'est pas que tu es réticent à accepter, c'est juste que tu n'es pas habitué. Tu dis merci, mais en dedans, tu te demandes si c'est nécessaire », affirme Keith.

« Quand je me mets à me détacher et à me rendre compte de ce qui m'arrive, je réalise que si ça arrivait à une amie ou à ma soeur, je serais la première à vouloir lui venir en aide et faire quelque chose pour elle », renchérit, en larmes, la jeune maman.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer