Lac-Mégantic poursuit le Groupe Hexagone

Le conseil municipal de Lac-Mégantic vient de donner... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le conseil municipal de Lac-Mégantic vient de donner un mandat à l'avocate méganticoise Gloriane Blais afin qu'elle représente la Ville dans le cas d'une poursuite envers le Groupe Hexagone inc., constructeur du pont de la Solidarité.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(SHERBROOKE) Après avoir signifié son intention de favoriser une firme d'avocats locale, lors de sa dernière assemblée régulière de décembre 2015, le conseil municipal de Lac-Mégantic vient de donner un mandat à l'avocate méganticoise Gloriane Blais afin qu'elle représente la Ville de Lac-Mégantic dans le cas d'une poursuite envers le Groupe Hexagone inc., constructeur du pont de la Solidarité, en 2014, et qui a été inauguré le 15 octobre de la même année.

Une inspection effectuée au printemps 2015 aurait révélé un écaillement sur les couronnes de béton préfabriqué du pont. Un expert avait été engagé, à ce moment-là, par la Ville de Lac-Mégantic pour analyser des pièces de béton préfabriqué dans la structure du pont. On croit que cette expertise pourrait démontrer un vice de fabrication, possiblement à cause d'un béton non conforme utilisé par le constructeur ou l'un de ses sous-traitants.

Le pont a coûté près de 3,3 millions $ à la Ville de Lac-Mégantic, un montant probablement compensé par le Programme d'aide du gouvernement du Québec pour Lac-Mégantic, conséquence de la tragédie du 3 juillet 2013.

La résolution 16-35 du procès-verbal de l'assemblée de mardi spécifie que le taux horaire de l'avocate sera de 180 $ l'heure.

Autre cause

Lors de la même assemblée, le conseil a aussi donné un mandat à Me Gloriane Blais pour représenter la Ville de Lac-Mégantic dans une autre cause, à l'encontre de la compagnie Sade Canada inc.

En 2015, la Ville avait accepté la soumission de cette compagnie pour des travaux de réhabilitation de conduites d'égout pluvial, au montant de 282 999 $, taxes incluses.

Une odeur inhabituelle dans le secteur des travaux une fois effectués par Sade Canada inc. a été détectée en juillet 2015. Après analyse, il a été confirmé la présence de styrène dans le procédé de construction, ce qui a obligé des mesures d'urgence pour éviter que cette substance, sous l'effet de la chaleur, se déverse dans la rivière Chaudière, après l'intervention du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques.

Les travaux effectués à cet effet ont coûté 86 600 $. Une mise en demeure a été transmise à Sade Canada inc., le 29 septembre dernier pour lui réclamer ce montant.

Le taux horaire de l'avocate, spécifié dans la résolution, est le même que pour le premier mandat. Aucun maximum total de ces honoraires n'a cependant été spécifié.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer