Une élue réplique aux opposants du projet de la place Tourigny

Les reproches adressés au conseil municipal de Magog... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les reproches adressés au conseil municipal de Magog par les opposants au projet de la place Tourigny n'ont pas plu à la présidente de la Commission de la culture de la Ville de Magog, Diane Pelletier.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Les reproches adressés au conseil municipal de Magog par les opposants au projet de la place Tourigny n'ont pas plu à la présidente de la Commission de la culture de la Ville de Magog, Diane Pelletier.

Diane Pelletier... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Diane Pelletier

Archives La Tribune

« Les gens n'ont pas conscience c'est quoi être un élu et ne comprennent pas nos contraintes, soutient Mme Pelletier. Je partage les valeurs du groupe opposé au projet de la place Tourigny, mais je suis une conseillère municipale et il faut que je tienne compte des moyens des contribuables. »

Selon la conseillère, les Magogois n'ont nullement les moyens de donner une seconde vie à la maison Tourigny-Laforest considérant qu'ils paieront déjà plusieurs centaines de milliers de dollars pour mettre en valeur l'ancienne demeure de la famille Merry.

Consultations peu courues

Diane Pelletier ajoute que les contribuables de Magog devront également débourser quelques millions $ pour rendre possible le projet de revitalisation du centre-ville au cours des années à venir.

« Je n'ai pas aimé non plus qu'on nous reproche de ne pas avoir donné d'information aux gens, confie aussi Mme Pelletier. La vérité, c'est qu'on consulte régulièrement les citoyens. Par contre, il y a parfois très peu de gens qui participent à nos consultations. »

À ce sujet, elle rappelle que le mouvement d'opposition au projet de la place Tourigny est né tardivement. « C'est difficile de comprendre pourquoi ces gens se sont réveillés si tard compte tenu de toutes les étapes franchies avant l'annonce du projet. »

En ce qui concerne l'architecture de la future place Tourigny, Diane Pelletier croit qu'elle sera à la hauteur des attentes. « La beauté des lieux est essentielle à mes yeux et je pense que le résultat sera intéressant. Le promoteur a apporté de beaux ajustements à ses plans », fait-elle valoir.

Les opposants resteront « vigilants »

Porte-parole du collectif Sauvons l'îlot Tourigny, Louise Gagné indique que le groupe auquel elle appartient n'abandonnera pas la partie. « On restera vigilant », lance-t-elle.

Mme Gagné remet notamment en question la légitimité de certaines actions posées par la Ville de Magog dans le dossier de la place Tourigny. « On vérifiera de plus si tout ce qui a été fait était légal », révèle-t-elle.

La porte-parole du collectif Sauvons l'îlot Tourigny déplore par ailleurs que son groupe n'a jamais été autorisé à visiter la maison Tourigny-Laforest, qui doit être démolie dans un avenir rapproché par le promoteur Gilles Bélanger.

« On voulait travailler sur une proposition pour solutionner le dossier. Et on avait des éléments pour élaborer une solution. Mais il faudrait d'abord faire une visite de la maison. »

Louise Gagné affirme que son groupe serait capable d'acheter la maison Tourigny-Laforest, advenant qu'on lui en offre la chance. « On pourrait amasser l'argent nécessaire pour procéder à son achat. Ce n'est rien, 350 000 $! », estime-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer