Décès de Québécois au Burkina Faso: consternation à Thetford Mines

Gladys Chamberland, Louis Chabot, Maude Carrier et Charlelie... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Gladys Chamberland, Louis Chabot, Maude Carrier et Charlelie Carrier font partie des victimes du raid djihadiste qui a eu lieu à Ouagadougou au Burkina Faso, samedi.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nelson Fecteau
La Tribune

(Thetford Mines) Consternation au Centre Amitié de Solidarité internationale de la région des Appalaches (Casira) qui a pignon sur rue au Centre communautaire Marie-Agnès-Desrosiers à Thetford Mines. Les six Québécois décédés tragiquement au Burkina Faso formaient le groupe parallèle de Casira au Burkina Faso.

« La nouvelle a été accueillie avec une très grande surprise et une très grande tristesse. L'événement est d'autant plus affligeant que les raisons d'un tel geste sont difficiles à comprendre », de déclarer Véronique Labonté, coordonnatrice de Casira Amistad, organisme qui vit une telle tragédie pour la première fois de son histoire.

« Au cours des derniers jours, nous avons ressenti une grande vague de solidarité et nous collaborons dans la mesure du possible », de commenter Mme Labonté affirmant que les mots ne suffisaient pas à traduire un tel événement.

La coordonnatrice de Casira Amistad connaissait davantage Yves Carrier, responsable du projet. Les membres de ce groupe se trouvaient sur des sites différents, collaborant à des travaux pour une école et un orphelinat. Ouagadougou était sur leur itinéraire de retour.

Casira Amistad gère trois projets qui lui sont propres à savoir Amistad Printemps, Amistad Guatémala et Amistad Pérou-Paraguay. L'organisme parraine des dizaines d'autres missions humanitaires vers d'autres destinations. Casira offre l'encadrement financier et logistique à ces groupes parallèles. Le projet de Yves Carrier au Burkina Faso était de ceux-là. À la mi-décembre, sur la page Facebook de Casira, M. Carrier offrait des calendriers 2016 pour financer le projet de son groupe.

Annuellement, ce sont entre 800 et 1000 bénévoles qui sont encadrés par Casira Amistad. Ces chantiers se trouvent particulièrement en Amérique latine, mais aussi un peu partout dans le monde notamment dans certaines parties de l'Asie et de l'Afrique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer