Le maire de Racine persiste et signe

Le maire de Racine François Boissonneault n'entend pas se laisser... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Le maire de Racine François Boissonneault n'entend pas se laisser impressionner par le blâme que son conseil municipal lui a adressé lundi soir.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(RACINE) Le maire de Racine n'entend pas se laisser impressionner par le blâme que son conseil municipal lui a adressé lundi soir.

François Boissonneault continuera à siéger comme maire, présidera les assemblées du conseil et s'opposera aux décisions qu'il juge inappropriées pour le développement de la Municipalité.

« Ils me blâment de dire la vérité et bien je m'en (fiche). Je suis assez vieux pour que ça me coule dessus comme l'eau sur le dos d'un canard. Je ne me laisserai pas pousser par eux. Je peux leur faire face », a-t-il lancé en entrevue avec La Tribune, au lendemain de ce vote peu commun.

Tout au plus le maire Boissonneault prévient qu'il ne se présentera plus aux assemblées plénières, puisqu'elles sont à huis clos et qu'il préfère que les débats se fassent en assemblée publique, au vu et au su de tous les citoyens.

Rappelons que lundi, lors d'une assemblée houleuse où le conseil municipal a procédé à l'adoption du budget 2016, les six conseillers municipaux ont voté pour une motion de blâme à l'endroit du maire qui, dans le cadre de ses fonctions, « a contrevenu à ses devoirs de prudence et de loyauté envers la Municipalité ainsi qu'à l'article 6 du Code d'éthique et de déontologie des élus municipaux de la municipalité portant sur le respect des personnes », dénoncent-ils.

Cette motion de blâme a une simple portée politique, explique la directrice générale de la Municipalité, Mélisa Camiré.

Le conseil déposera toutefois une plainte au ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT), « pour manquements répétés aux obligations relatives au respect des personnes », prévues à ce même article 6.

Cette plainte sera traitée par le Bureau du commissaire aux plaintes du MAMOT, continue Mme Camiré. Or la jurisprudence montre que si la plainte est recevable, des audiences auront lieu et le maire s'expose à une condamnation pouvant atteindre trois mois de suspension.

M. Boissonneault ne s'en formalise pas outre mesure et il n'entend pas non plus changer de ton. « S'ils me chargent une amende, je vais payer, et s'ils me donnent un mois de suspension, je vais en profiter pour partir en voyage! »

François Boissonneault estime qu'il a l'appui d'une bonne partie de la population - la majorité silencieuse, croit-il. Il estime aussi qu'en mettant son droit de veto sur l'adoption du budget en décembre, il a forcé les autres élus à resserrer certaines dépenses et il a « réveillé la population ».

Fermé le lundi

Le budget 2016 de la municipalité de Racine prévoit un gel de salaire des employés municipaux.

À compter de la semaine prochaine, l'hôtel de ville sera également fermé tous les lundis même si les employés seront au travail.

Les citoyens devront patienter jusqu'aux mardis pour avoir réponses à leurs questions, précise Mme Camiré, mais il n'y aura pas d'impact sur les heures de travail des employés. Cette décision aurait été prise pour optimiser leur prestation de travail.

La Municipalité de Racine a incidemment reçu lundi une demande d'accréditation syndicale de ses employés municipaux. Sept employés sont concernés, dont deux à temps partiel et un saisonnier. Leur requête sera entendue par le tribunal administratif du travail le 9 février.

Enfin, le conseil municipal a convoqué une assemblée extraordinaire, jeudi à 13 h 30, pour statuer sur la cession de l'ancien presbytère à la Société du patrimoine et de la culture de Brompton Gore et Racine et pour lui permettre d'adresser une demande de subvention au Pacte rural. L'assemblée extraordinaire est nécessaire puisque le maire a mis son droit de veto sur les deux résolutions lundi soir, forçant la tenue d'un deuxième vote, et que la date d'échéance pour faire une demande au Pacte rural est le 18 janvier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer