Des réfugiés épuisés, mais réconfortés

Warda et Mohammad Alhamo et leurs deux jeunes filles... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Warda et Mohammad Alhamo et leurs deux jeunes filles Rou'a et Raghad sont arrivés à Drummondville ces dernières heures.

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Ce sont des réfugiés syriens épuisés, mais ô combien réconfortés de se retrouver enfin en terres pacifiques qui ont rencontré les médias, jeudi en fin d'avant-midi, dans les locaux de la coopérative d'alimentation internationale Goûts du Monde de Drummondville.

Souriants, mais relativement timides et peu loquaces, Warda et Mohammad Alhamo et leurs deux jeunes filles Rou'a et Raghad, âgées respectivement de 9 et 12 ans, ont raconté leur histoire d'horreur.

Avant de partir de leur pays natal, ils ont vu la mort de près, certains de leurs proches ont été victimes des frasques du groupe État islamique. Ils ont rapidement compris qu'ils ne pouvaient continuer de vivre dans ce climat de terreur, qu'il leur fallait partir, refaire leur vie ailleurs.

La décision était lourde de conséquences. Non seulement la petite famille a dû laisser parents, amis et la plupart de ses biens matériels derrière, elle se retrouve aujourd'hui dans une situation précaire et dans un milieu ou il n'y a pas que le climat qui leur soit inusité.

«Dès qu'ils sont arrivés, les Syriens ont effectué une courte balade à travers Drummondville.»


Les membres de la famille Alhamo parlent principalement l'arabe et baragouinent un peu d'anglais, une des filles a eu la chance de prendre des cours de français à l'école, ce qui lui sera évidemment fort utile à Drummondville.

Déterminés à s'intégrer

Les Alhamo ne sont pas que de passage au Centre-du-Québec. Déterminés à s'intégrer, ils amorceront leurs cours de francisation au cours des prochains jours et se trouveront un logement.

Mohammad, entrepreneur en maçonnerie-menuiserie de métier, a l'intention de se trouver un emploi rapidement afin de subvenir aux besoins de sa petite famille.

«Dès qu'ils sont arrivés, les Syriens ont effectué une courte balade à travers Drummondville afin de se familiariser avec leur nouveau chez-soi. Ils ont une volonté de s'installer ici et d'y recommencer leur vie», a indiqué le directeur général du Regroupement interculturel de Drummondville, Darryl Barnabo.

Les Alhamo sont les premiers de 70 réfugiés syriens qui seront accueillis à Drummondville au cours de 2016. On ignore toutefois à quel moment on accueillera les prochains.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer