SOS Parc Orford reprend du service

La Coalition SOS Parc Orford refait soudainement surface... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

La Coalition SOS Parc Orford refait soudainement surface car elle craint qu'un projet immobilier puisse un jour se concrétiser au pied des pistes de la station Mont Orford, actuellement gérée par la Corporation ski et golf Mont-Orford.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Devenue silencieuse depuis quelques années, la Coalition SOS Parc Orford refait soudainement surface en annonçant être encore prête à se battre pour protéger l'intégrité territoriale du parc national du Mont-Orford.

Membre de la Coalition SOS Parc Orford, Claude Dallaire a révélé à La Tribune mardi que le comité de coordination de ce regroupement s'est réuni pendant la période des Fêtes de fin d'année. Une crainte de voir l'intégrité du parc du Mont-Orford à nouveau menacée explique cette surprenante nouvelle rencontre.

La coalition craint plus précisément que la MRC de Memphrémagog effectue des démarches afin qu'un projet immobilier puisse un jour se concrétiser au pied des pistes de la station Mont Orford, actuellement gérée par la Corporation ski et golf Mont-Orford.

« D'après nos informations, le conseil des maires de la MRC de Memphrémagog souhaite une rencontre avec le ministre responsable de la région pour discuter du dossier », mentionne Claude Dallaire.

Vérification faite auprès du préfet de la MRC de Memphrémagog, aucune rencontre avec le ministre responsable de l'Estrie, Pierre Paradis, n'aurait été planifiée ou ne serait réclamée à court terme. « On ne veut pas jouer dans le dossier de l'immobilier », assure Jacques Demers.

«C'est le ministre Laurent Lessard lui-même qui a ouvert la porte à une telle rencontre.»

Jacques Demers

Si la MRC ne compte par rencontrer M. Paradis dans un avenir rapproché, elle a malgré tout récemment dépêché des représentants à Québec pour une rencontre avec des cadres du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs du Québec.

« C'est le ministre Laurent Lessard lui-même qui a ouvert la porte à une telle rencontre, précise Jacques Demers. Ça nous a permis de nous assurer que tout le monde était à jour en ce qui concerne le dossier de la station Mont Orford. »

M. Demers assure que la Corporation ski et golf Mont Orford, une organisation pilotée par des maires de la MRC, désire travailler à l'intérieur du cadre établi par Québec. Il reconnaît cependant qu'il serait avantageux pour toutes les parties de modifier quelques-unes des règles existant à l'intérieur du parc national.

« Par exemple, des gens font de la peau de phoque (ndlr: un sport plein air dont l'équipement polyvalent se situe entre le ski de fond et la raquette, utilisé principalement hors piste) dans le parc ces jours-ci. Il n'y a pas vraiment de place pour pratiquer cette activité et c'est une question qui devra être réglée. »

Opérationnelle

Quoi qu'il en soit, la Coalition SOS Parc Orford se dotera d'un nouveau site internet. Celui qu'elle possède actuellement a été piraté et seul son nom rappelle à qui il a appartenu.

« On est prêt à monter au front une nouvelle fois, déclare Claude Dallaire. On sera opérationnel si des gens tentent d'obtenir le droit de construire dans le parc. Il ne faut pas créer un précédent, car des promoteurs essaieront de faire la même chose à Saint-Bruno ou au parc du Bic. »

Rappelons que le gouvernement provincial a voulu vendre les terres publiques hébergeant la station Mont Orford il y a une dizaine d'années. Québec souhaitait alors favoriser le maintien des activités du centre de ski et du terrain de golf en permettant la construction d'habitations au pied des pistes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer