Une température qui joue au yoyo

Si la première semaine de l'année 2016 a débuté avec du temps froid, elle se... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Si la première semaine de l'année 2016 a débuté avec du temps froid, elle se terminera avec un redoux important. La température jouera ainsi au yoyo en ce début de janvier.

Marie-Ève Giguère... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Marie-Ève Giguère

Photo fournie

La vaguelette de froid prendra fin mercredi aussi abruptement qu'elle a débuté, selon Environnement Canada. Le maximum prévu atteindra les moins trois degrés, une différence d'environ dix degrés par rapport à ceux de lundi et mardi.

À la faveur de l'arrivée d'un système météo, le mercure va monter à moins un jeudi et vendredi pour atteindre le point de congélation la fin de semaine prochaine.

«Ça va osciller entre le froid et le doux», confirme la météorologue Marie-Ève Giguère.

«Actuellement, nous sommes en dessous des normales, mais pour le reste de la semaine nous serons au-dessus. La température devrait revenir plus près des normales par la suite et pour le reste du mois.»

À ce temps-ci de l'année, on peut s'attendre à vivre des températures de moins cinq le jour et de moins 15 la nuit.

«Ce n'est pas anormal de vivre des épisodes de redoux en janvier, il en a toujours», précise Mme Giguère.

«Ce que nous avons connu en décembre, ça c'est anormal!»

La normale pour le 12e mois de l'année en Estrie est de moins huit degrés. Il a fait en moyenne 0,7 degré en décembre dernier, souligne-t-elle.

«Ç'a été spectaculaire et exceptionnel. Du 2 au 25 décembre, nous avons été toujours au-dessus des normales, dit-elle. Le 24 décembre, il a fait 16 degrés. C'est un record. Il faut remonter en 1964 pour revoir pareilles températures un 24 décembre en Estrie.»

«Dans le sud du Québec, on va du doux au froid. En décembre, on est demeuré dans le doux. L'hiver de l'an dernier, on est resté dans le froid.»

On pourrait aussi assister à des épisodes de verglas. C'est toujours possible, mais avec la forte présence du phénomène El Nino, la probabilité augmente, analyse Marie-Ève Giguère.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer