17 tonnes de verre récupérées en six mois à St-Denis

Le conteneur prendra la route pour une troisième... (Photo fournie)

Agrandir

Le conteneur prendra la route pour une troisième fois ce mardi, 22 décembre. Sur la photo : Denise Blais, Christiane Vanasse, Colette Lemieux, André Hamel, Jean-Luc Beauchemin et Robert Doyon, membres du comité du verre de Saint-Denis-de-Brompton.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Six mois après avoir annoncé la mise en service d'un conteneur dédié à la récupération du verre, les Saint-Denisiens ont répondu en masse à l'invitation.

Au total, ce sont quelque 17 tonnes de verre qui ont été soustraites des sites d'enfouissement depuis le lancement de l'initiative par la municipalité et le Comité du verre de Saint-Denis-de-Brompton, en collaboration avec l'A.F.É.A.S. et la FADOQ.

«La réponse de nos citoyens dépasse grandement nos attentes, explique d'entrée de jeu le maire et membre du comité du verre de Saint-Denis-de-Brompton, Jean-Luc Beauchemin. Réparti sur l'ensemble des bâtiments de la municipalité, ça représente près d'une vingtaine de contenants par adresse, en à peine 6 mois. »

Les partenaires qualifient de projet-pilote et d'exemple pour la société québécoise. Du même souffle, ils s'interrogent sur les intentions du gouvernement de soutenir et mettre en place des initiatives favorisant une meilleure gestion des matières résiduelles.

« Où en est rendu le dossier de la récupération du verre à Québec?, questionne Colette Lemieux, membre de l'A.F.É.A.S. et responsable du comité du verre. Nous ne savons pas les actions que le gouvernement entend prioriser pour s'assurer de valoriser au maximum les matières résiduelles, ni les sommes à investir pour soutenir les initiatives locales comme la nôtre. »

« Notre démarche prouve, hors de tout doute, que la population est prête à s'investir dans la collecte du verre, quelle que soit sa forme. Nous espérons que notre projet serve d'exemple et incite nos décideurs à passer à l'action », d'ajouter Mme Lemieux.

Considérant les coûts de transport versus les revenus de la vente du verre à un centre de tri du verre, le projet n'est pas rentable. Le maire rappelle toutefois que les retombées visées ne sont pas de nature financière, mais bien écologique.

«Cependant, ajoute-t-il, dans un contexte d'austérité et de coupures budgétaires, toutes les dépenses doivent être analysées et justifiées aux yeux des citoyens. Nous souhaitons maintenir la récupération du verre à Saint-Denis-de-Brompton, surtout devant l'ampleur de la participation citoyenne, mais pas à n'importe quel prix. Et actuellement, notre projet ne cadre pas dans les programmes d'aide financière offerts par les gouvernements pour la gestion des matières résiduelles.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer