Des bras robotisés remis juste à temps pour Noël

Les policiers Cédric Brunelle et Guy Désilets, en... (Photo courtoisie Les Maximes)

Agrandir

Les policiers Cédric Brunelle et Guy Désilets, en compagnie du président du Pont vers l'autonomie, Samuel Fleurant-Beauchemin et des deux bénéficiaires de bras robotisés, Véronique Plourde et Philippe Desrochers

Photo courtoisie Les Maximes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) La contribution de généreux donateurs a permis à la fondation Le Pont vers l'autonomie de remettre des bras robotisés à Véronique Plourde de Victoriaville et à Philippe Desrochers de Sherbrooke lundi en matinée, juste à temps pour les Fêtes. Ces bras permettront d'augmenter leur autonomie et d'améliorer leur qualité de vie.

« Je remercie énormément les généreux donateurs et les bénévoles qui ont organisé des campagnes et activités de financement. Ils ont permis d'amasser les montants de 50 000 $ nécessaires pour l'achat de bras robotisés. Je me dois de souligner particulièrement l'apport de la Fondation François Bourgeois pour son don majeur pour le bras robotisé de Philippe Desrochers », souligne le président de la Fondation, Samuel Fleurent Beauchemin.

Grâce aux dons amassés au cours des dernières semaines, M. Fleurant Beauchemin estime que la Fondation a amassé environ la moitié de l'objectif de 400 000 $ fixé en début de campagne. Rappelons que le but de cette campagne est de remettre des bras robotisés à huit personnes. Dany Martel de Shawinigan, Éric Bussières de Verchères, Pierrette Vandal de Drummondville, Joey St-Jean de Montréal, Ariane Beaulieu de Repentigny et Catherine Michaud de Rivière-du-Loup sont sur la liste d'attente pour recevoir le précieux outil.

« Je ne peux m'empêcher de penser à chacun d'eux et de lancer un appel à l'action. J'invite les gens désirant faire la différence pour ces personnes à nous contacter », lance M. Fleurent-Beauchemin.

Une deuxième vie

Les deux vedettes du jour, Véronique Plourde et Philippe Desrochers, ont des histoires inspirantes. Véronique vit avec une arthrogrypose sévère, une malformation congénitale des quatre membres qui rend son autonomie très limitée. Malgré tout, elle a complété un diplôme d'études collégial en travail social et rêve d'être psychologue. 

« Véronique est investie d'une mission, celle d'aider les gens. Avec ce bras, elle pourra poursuivre plus aisément son but », explique-t-il. 

De son côté, Philippe vit avec une maladie dégénérative des muscles, la dystrophie musculaire de Duchenne, et son autonomie se limite à bouger ses doigts légèrement. Malgré tout, il est plus motivé que jamais à sensibiliser les citoyens à l'importance de l'écologie et de la protection de l'environnement. Il a fondé et il gère un blogue (www.enviro-terre.org) dans le but d'informer la population par rapport aux produits écologiques, biologiques ou biodégradables. 

« Philippe a la même maladie que mon frère et il est une personne très inspirante. Je sais que ce bras va changer sa vie et nous pouvons être fiers de lui faire ce cadeau », indique M. Fleurent Beauchemin.  

La fondation le Pont vers l'autonomie a été créée en juin 2013 d'abord afin de venir en aide à Guillaume, le frère de Samuel. L'organisme désire accentuer sa présence dans la communauté en aidant une plus grande portion de gens prisonniers de leurs corps qui sont tout de même délaissés de l'aide gouvernementale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer