Un budget sans remous à Coaticook

Malgré une année marquée par les pluies diluviennes... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

Malgré une année marquée par les pluies diluviennes et la grêle, ce sont les frais liés à l'usine de traitement de l'eau potable qui retiendront l'attention des contribuables coaticookois en 2016. Ci-contre, le maire Bertrand Lamoureux accompagné de Benoit Marquis, trésorier.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) Bien que la taxe foncière sera appelée à diminuer en 2016, soit 81,5 cents par 100 $ d'évaluation comparativement à 84 cents l'an dernier, le compte de taxes des contribuables coaticookois enregistrera une hausse. D'une part, en raison du dépôt d'un nouveau rôle d'évaluation foncière en 2016, lequel entraînera lui-même une augmentation de la valeur moyenne d'une résidence de 5,15 % pour atteindre 178 854 $.

D'autre part, suivant la mise en service de la nouvelle usine de traitement de l'eau potable, laquelle marque le début en 2016 du remboursement de l'emprunt contracté pour sa construction. Une nouvelle taxe qui s'appliquera aux unités du secteur urbain desservies par l'usine, soit 2,5cents par 100 $ d'évaluation, ce qui représente des frais de 45 $ pour une résidence de valeur moyenne. Soulignons que cette taxe devrait être fixée autour de 5 cents dès 2017, et ce, pour une période de 28 ans. Les frais de fonctionnement de l'usine entraîneront aussi une augmentation de 27 $ pour les coûts d'aqueduc, égout et traitement des eaux usées. La moitié de ce montant étant attribuable aux frais d'adoucissement de l'eau. « La dureté de l'eau se situait à la limite des normes du ministère de l'Environnement », précise Vincent Tanguay, directeur général. Grâce à ce traitement, l'eau coaticookoise est passée de 220 GPG (grains par gallon) à 100 GPG et moins.

Contrairement aux dernières années, la démarche visant à rééquilibrer les taux de taxation pour les immeubles non résidentiels généraux et industriels afin que ceux-ci se rapprochent des taux en cours dans les municipalités comparables a été mise de côté. Qui plus est, on enregistre une baisse du taux de taxation de 2,5cents pour le secteur commercial, soit 1,54 $ par 100 $ d'évaluation et de 4 cents pour le secteur industriel pour s'établir à 1,59 $. « Nous avons fait marche arrière afin d'aider nos commerces à se tenir debout et éviter de les étouffer avec des taxes aussi élevées que dans les autres villes », explique le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux.

Bonne nouvelle en ce qui concerne les matières résiduelles. En raison de la diminution des coûts de redevances des résidus ultimes, le tarif diminuera de 7 $ pour le secteur urbain et de 52 $ pour le secteur rural, notamment suivant l'inclusion du service de collecte et transport à même le contrat de la Ville, un service antérieurement assumé par la MRC de Coaticook.

Fidèle aux efforts investis l'an dernier, à savoir une compression de 3 % des dépenses de fonctionnement et de 6 % de la masse salariale, la Ville de Coaticook maintiendra ce niveau de dépenses en 2016. Toutefois, les pluies diluviennes de juin et l'épisode de grêle du mois d'août auront eu raison de la bonne volonté des élus. Les coûts liés à ces sinistres étant sommairement évalués à 1,25 M$, ce qui a nécessité un réajustement du budget en cours d'année. À noter qu'une aide financière de la Sécurité civile est attendue et devrait permettre d'éponger une partie de ces dépenses imprévues.

Par ailleurs, plusieurs seront heureux d'apprendre que le nouveau programme triennal d'investissement2016-2018 vise, entre autres, l'aménagement en amont du centre-ville de bassins de rétention destinés à contenir les eaux lors de fortes précipitations. Suivant la collaboration des nombreux intervenants interpellés par ce projet d'envergure, ces bassins pourraient voir le jour en 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer