L'agent Rivard voulait être «le plus honnête possible»

Jean-Pierre Rivard témoignait pour sa défense, mercredi, à... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Jean-Pierre Rivard témoignait pour sa défense, mercredi, à son procès pour témoignages contradictoires devant jury au palais de justice de Sherbrooke.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le policier du Service de police de Sherbrooke Jean-Pierre Rivard jure ne pas s'être souvenu avoir tenté de prendre en photo Me Michel Dussault lors de son premier témoignage dans le cadre d'une poursuite civile intentée contre lui.

Jean-Pierre Rivard témoignait pour sa défense, mercredi, à son procès pour témoignages contradictoires devant jury au palais de justice de Sherbrooke.

Des procédures civiles et en déontologie policière ont été intentées par Me Michel Dussault à la suite de son arrestation pour conduite avec les capacités affaiblies en mars 2008.

Aucune accusation n'avait été portée contre lui parce que le taux d'alcoolémie se situait à 0,027 mg par 100 ml de sang soit sous la limite permise.

L'agent du SPS a fait un premier témoignage dans le cadre des procédures civiles en octobre 2009 où il mentionne ne pas avoir pris Michel Dussault en photo et ne pas avoir tenté de le prendre lors des événements.

En février 2012, devant le Comité de déontologie policière, le policier indique avoir tenté de prendre la photo de l'avocat au quartier général du SPS.

« J'ai été questionné sur des détails qui pour moi n'étaient pas nécessaires à la cause de facultés affaiblies. J'étais très nerveux lors de mon témoignage au civil, comme je le suis aujourd'hui. On m'interrogeait sur des faits que je savais avoir été filmé. Je devais répondre comme si c'était hier, alors que ça faisait deux ans. J'ai essayé d'être le plus honnête possible tout au long du processus », a expliqué Jean-Pierre Rivard au sujet de son témoignage lors de la poursuite civile faite dans une salle décrite comme exiguë devant six avocats au palais de justice de Sherbrooke.

«Bouée de sauvetage»

L'agent Rivard explique avoir rectifié le tir lors de son témoignage en 2012 après avoir visionné les images captées au quartier général du SPS. Lors de son témoignage, Jean-Pierre Rivard a expliqué qu'il se fiait à ces caméras de surveillance comme « bouée de sauvetage ».

« Je ne me rappelais pas du tout que j'avais tenté de le prendre en photo. Dans les faits, j'en ai pas pris de photo (...) Je n'ai jamais su le comment du pourquoi on prenait ces photos, sauf que c'était la façon usuelle de faire » a indiqué l'agent Rivard lors de son témoignage.

Jean-Pierre Rivard a rappelé à de multiples reprises que « ça ne lui tentait pas » de prendre cet appel pour procéder à l'arrestation de Me Michel Dussault pour conduite avec les capacités affaiblies en mars 2008.

« Je me sentais dans mes petits souliers. J'ai tenté de suivre les procédures à la ligne et de suivre méthodiquement ce que j'avais à faire (...) Me Dussault est une personne qui a beaucoup plus de connaissance que moi. C'est un avocat reconnu par sa prestance. Il m'intimidait » a témoigné l'agent Rivard.

Me Maxime Bernatchez, qui défend le policier du SPS, a mentionné au jury dans la déclaration d'ouverture que jamais Jean-Pierre

Rivard « n'a eu l'intention de tromper qui que ce soit dans ce dossier ».

Le capitaine aux normes professionnelles du SPS à la retraite, qui a effectué l'enquête dans ce dossier, Mario Lebrun a témoigné à l'effet que la poursuite civile, la plainte en déontologie policière

et la plainte au criminel ont toutes été faites par Me Michel Dussault.

La procureure aux poursuites criminelles Me Audrey Mercier-Turgeon a terminé la présentation dans sa preuve dans le dossier en avant-midi.

Les témoignages des lieutenants du SPS à l'époque Stéphane Rioux et Guylaine Perron ont été entendus. Ils concernaient principalement la procédure de prise de photos lors d'une arrestation.

La défense devrait appeler à la barre deux témoins aujourd'hui pour la suite de ce procès présidé par le juge Gaétan Dumas de la Cour supérieure.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer