La CCID déterminée à promouvoir la Rive-Sud

La Chambre de commerce et d'industrie de Drummond... (Archives, La Presse)

Agrandir

La Chambre de commerce et d'industrie de Drummond (CCID) a bien l'intention d'aller au bâton afin de convaincre Via Rail d'opter pour la Rive-Sud du Saint-Laurent lorsque viendra le temps de dresser les plans de son corridor ferroviaire Toronto-Québec exclusif aux trains de passagers.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) La Chambre de commerce et d'industrie de Drummond (CCID) a bien l'intention d'aller au bâton afin de convaincre Via Rail d'opter pour la Rive-Sud du Saint-Laurent lorsque viendra le temps de dresser les plans de son corridor ferroviaire Toronto-Québec exclusif aux trains de passagers

Et les allégations du président et chef de la direction de l'entreprise, Yves Desjardins Silliciano, qui disait vouloir privilégier le nord, n'ont fait qu'affûter les couteaux de l'organisme.

« C'est encore loin, ça a le temps de changer. Nous sommes toutefois convaincus que le corridor doit passer par la Rive-Sud et par Drummondville. Il est encore tôt, c'est important, mais il n'y a pas urgence. Je suis certain que l'on verra renaître la coalition », affirme le directeur général de la CCID, Alain Côté, faisant allusion à l'importante coalition qui avait promu la candidature de la rive australe lorsque le projet de train à grande vitesse planait, au tournant de la décennie.

Le directeur ne voit, en fait, pas beaucoup d'attrait pour la Rive-Nord. En fait, la seule grande ville qui se trouve de l'autre côté du fleuve, entre Montréal et Québec, est Trois-Rivières. Au sud, outre la couronne montréalaise, on retrouve Saint-Hyacinthe, Drummondville, Victoriaville et la Beauce.

« Le train ne passe pas actuellement sur la Rive-Nord. Il y a bien l'ancienne voie du Canadien Pacifique, mais elle n'a pas été entretenue et il y a des ponts qui tombent. Il y a beaucoup plus d'utilisateurs et une population plus importante au sud, c'est beaucoup plus stratégique », plaide M. Côté.

La CCID verrait d'un bon oeil l'aménagement d'une gare intermodale à l'angle des autoroutes 20 et 55 qui permettrait aux gens de Sherbrooke et de Trois-Rivières de voyager entre Québec et Toronto facilement. Il serait également à propos, selon la Chambre, d'en aménager une autre sur la Rive-Sud de Montréal afin qu'on puisse éviter l'arrêt dans la métropole. Quoi qu'il en soit, Alain Côté n'a pas l'impression que le segment reliant Montréal à Québec sera construit avant 2020.

« On a mis ça sur notre écran radar. On n'a pas l'intention de se laisser faire, on fera nos représentations en moment opportun », résume-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer