Viandes Laroche: optimisme et prudence à Asbestos

La députée du comté de Richmond, Karine Vallières, a réagi avec prudence à la... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(ASBESTOS) La députée du comté de Richmond, Karine Vallières, a réagi avec prudence à la confirmation de l'homme d'affaires Mario Côté d'acquérir et d'adapter les installations de Viandes Laroche pour l'abattage et la transformation de canards. De son côté, le maire d'Asbestos, Hugues Grimard, ne pouvait cacher son soulagement d'une relance des installations.

«Monsieur Côté m'a mentionné entreprendre les démarches légales pour l'achat de cette entreprise, mais nous n'avons toujours pas reçu l'acceptation officielle de syndic. Je me réjouis de cette probable relance des installations de Viandes Laroche, mais nous devons tout de même passer à travers du deuil de la perte d'un entrepreneur très apprécié dans le milieu et d'une entreprise de grande valeur dans la production bovine de chez nous. Je suis satisfaite que se pointe une vie plus facile pour les gens qui pourront y trouver un emploi dans une usine également de grande qualité», a commenté la députée.

Pour sa part, le maire, Hugues Grimard, se voulait optimiste pour l'avenir de cette nouvelle entreprise. «Il est important de s'assurer d'une survie de l'industrie de l'abattage chez nous, d'éviter un démantèlement de cette entreprise et de rendre des emplois disponibles.. Nous avons fait de ce dossier une priorité tant à la MRC qu'à la municipalité dans les dernières semaines, mis beaucoup d'énergies pour favoriser la relance de l'entreprise, accompagner le promoteur et l'aider à bien ficeler le dossier».

Un investissement de 4 à 5 M$ sera nécessaire pour le redémarrage de l'entreprise selon les informations obtenues. Un approvisionnement de la matière première, soit de canards, est requis pour doubler la production actuelle de l'entreprise de Lac-Brome. Il faudra compter sur de nouveaux élevages dans la région, ce qui aura un impact certain dans le monde agricole du voisinage immédiat. S'ajoute à cette liste l'adaptation de l'entreprise de l'abattage du boeuf à celle du canard, un processus qui dans son ensemble pourrait s'échelonner sur une période de près d'une année.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer