Des élèves de Fatima pourraient aller à Sacré-Coeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Après une recrudescence de sa clientèle locale, la construction de nouveaux logements et l'arrivée de nouvelles familles dans le quartier l'école de Fatima souffre aujourd'hui d'étroitesse.

Le directeur de l'école de Fatima, Éric Croteau, est formel, il faut libérer trois classes pour les besoins immédiats de sa clientèle en augmentation, avec une incidence sur la fréquentation de la bibliothèque scolaire...

« Nos services éducatifs doivent évaluer trois différents scénarios qui ont été avancés, car la clientèle de l'école de Fatima va continuer d'augmenter, selon les pronostics. Ce n'est pas une décision qu'on prend pour un an seulement, ni à la légère », admet le président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC), Yves Gilbert.

« C'est pour cinq ans minimum, car les élèves après ce délai ne sont pas encore nés. On ne peut savoir. Les trois scénarios en question impliquent soit le déplacement de classes spéciales de Fatima vers l'école Sacré-Coeur, soit le déplacement des classes de maternelle de Fatima vers Sacré-Coeur, soit le déplacement de tous les élèves de Marston de Fatima à Sacré-Coeur. »

Cette dernière solution a été envoyée en consultation, comme orientation possible, au Comité de parents de toute la CSHC et au Comité consultatif de gestion, composé de tous les directeurs d'écoles, selon les règles de fonctionnement et de procédure normale, quant au bassin d'alimentation des écoles.

Il n'y a plus d'école de village à Marston depuis plusieurs décennies. Ses élèves, peu nombreux à l'époque, se sont retrouvés à l'école Sacré-Coeur, à Lac-Mégantic, école qui par la suite a connu des problèmes de locaux, déplaçant à nouveau les élèves de Marston vers l'autre école, Notre-Dame-de-Fatima, où il y avait de la place, à la fin des années 1990.

Une importante rencontre du Comité de parents a eu lieu, le lundi 16 novembre, à East Angus, simplement pour discuter de la solution possible, en vue d'une décision finale en janvier.

« Nous avons entendu les préoccupations des parents de Fatima. C'est un sujet émotif. On ne déplace pas des élèves parce qu'on aime ça, c'est à cause des contraintes incontournables. Il y a des locaux libres à Sacré-Coeur... Nous allons nous pencher sur les options. Si le transfert des élèves de Marston est retenu, il y aura mise sur pied d'un comité de transition, pour faire le nécessaire en vue d'une bonne intégration des élèves, avec représentation des parents sur le comité, présence des deux directeurs d'écoles, afin d'élaborer différentes activités d'intégration », ajoute M. Gilbert.

« La suggestion des parents de demander à Québec un agrandissement de l'école de Fatima n'est pas recevable, car le Ministère demande d'étudier les disponibilités d'autres écoles dans un rayon de 20 km. Ils ont aussi suggéré de faire deux écoles de cycles : que Sacré-Coeur accueille les maternelles et les niveaux 1-2-3, alors que Fatima aurait eu les niveaux 4-5-6, ou encore simplement transférer les 5e et 6e années de Fatima à Sacré-Coeur. Cela aurait demandé d'obtenir l'assentiment de tout le monde, une solution qui se prépare, en analysant tous les avantages et inconvénients. Nous manquons de temps, la décision se prend en janvier pour les inscriptions nécessaires en février 2016. C'est un dossier à suivre », conclut le président.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer