Déchets: encore du travail à faire dans Drummond

Alexandre Cusson... (Archives La Tribune)

Agrandir

Alexandre Cusson

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Selon les dernières données disponibles, compilées en 2013, les 18 municipalités de la MRC de Drummond ne valorisent que 34 % des déchets produits sur leur territoire, soit 6 % de moins que l'objectif qu'elles s'étaient fixé lors du dernier plan de gestion des matières résiduelles.

Si la Ville de Drummondville fait bonne figure, ayant valorisé 45 % de ses résidus, l'effort sera beaucoup plus important pour les habitants des 17 municipalités rurales de la région. En effet, aucune d'entre elles ne dépassait le cap des 5 % lors du recensement de 2013. Le préfet de la MRC de Drummond et maire de Drummondville, Alexandre Cusson, explique cette situation par une réalité différente.

« Quand tu es une municipalité avec une population importante, c'est plus facile de mettre des moyens en place pour faciliter la valorisation des déchets, on a qu'à penser à l'écocentre ou à l'accès au bac de compostage, le fameux bac brun que nous avons instauré en 2011 à Drummondville », indique-t-il.

Le politicien estime que plusieurs citoyens de municipalités éloignées de Drummondville hésitent à venir porter leurs déchets spéciaux à l'écocentre. « Il faut être convaincu pour faire 70 kilomètres pour venir porter des déchets à l'écocentre », admet-il.

Le préfet explique également cet immense écart entre les milieux ruraux et urbains par le fait que plusieurs citoyens des petites municipalités choisissent de composter à la maison. Leur effort n'est ainsi pas comptabilisé, mais bien réel.

Des solutions

M. Cusson estime que l'atteinte des objectifs de valorisation passe notamment par le compostage. Cette année, huit municipalités rurales ont choisi d'ajouter une troisième voie à leur collecte de matière résiduelle. On s'attend à ce que les neuf dernières emboîtent le pas au cours des cinq prochaines années.

« Ça aura un impact important sur les résultats. On sent qu'il y a une volonté des élus de faire mieux. Nous avons adopté un PGMR qui est conforme à leur réalité », explique le politicien.

Ces nouveaux moyens seront accompagnés d'un effort accru de sensibilisation afin de changer progressivement les mentalités. On souhaite également favoriser la collecte à trois voies lors des événements, augmenter les possibilités de compostage dans les établissements institutionnels et ajouter la collecte de résidus verts dans les municipalités qui n'y ont pas accès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer