Quand l'église devient basilique

L'église Saint-Frédéric de Drummondville devient la dixième basilique...

Agrandir

L'église Saint-Frédéric de Drummondville devient la dixième basilique québécoise et la 23e au Canada.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Il faudra ajuster son langage, l'église Saint-Frédéric qui orne la rue Brock, au centre-ville de Drummondville est récemment devenue la dixième basilique québécoise.

L'évêque du diocèse de Nicolet, Mgr André Gazaille a, en effet, annoncé que Rome venait d'accorder la désignation de basilique mineure à l'église Saint-Frédéric dans le cadre du 200e anniversaire de la Municipalité. « C'est la première fois en 22 ans au Québec qu'une église se voit attribuer le titre de basilique. Il y a dix basiliques au Québec et 23 au Canada. Le titre de basilique majeure est réservé à quatre églises de Rome », explique-t-il.

Une célébration eucharistique spéciale est prévue le dimanche 15 novembre à 14 h. Pour l'occasion, le nonce apostolique Mgr Luigi Bonnazi présidera la célébration. Toute la population est conviée à participer à cette célébration.

La désignation de basilique mineure est habituellement donnée à une église qui est devenue au fil des ans un lieu de pèlerinage, souvent relié la dévotion à un saint particulièrement vénéré. Elles sont des « églises remarquables par leur antiquité, leur célébrité, leur grandeur ou leur beauté ».

OEuvre de l'architecte Louis-Napoléon Audet, la basilique Saint-Frédéric est de style néo-gothique, style observé dans plusieurs églises d'Europe. Audet veillait à ce que les proportions soient parfaites. Il souhaitait que la parole du pape Pie X se réalise, « Je veux que mon peuple prie sur de la beauté », avait-il écrit. La décoration intérieure et le mobilier de cette église doivent leur remarquable beauté à l'utilisation généreuse des matériaux les plus nobles, soit le marbre et le bois de chêne blanc. L'orgue, de grande facture, l'abat-voix et le retable finement sculptés, de même que les verrières signées Guillaume-Ernest Pellus constituent les éléments les plus frappants d'un ensemble intérieur beau, sobre et vrai.

Un nouveau souffle

Drummondville entend profiter de la reconnaissance de l'église comme basilique afin d'intensifier les efforts de développement de son centre-ville, un quartier qui est à la fois au coeur de la vie économique de la ville et un des quartiers les plus défavorisés de tout le diocèse selon une étude de la défunte Agence de la Santé et des Services sociaux.

Pour le curé Gilles Mathieu, la désignation de basilique est aussi un appel au renouveau. « Ce lieu de culte reconnu désormais mondialement nous incite à ouvrir de nouveaux chantiers pastoraux. La reconnaissance du statut de basilique pour l'église St-Frédéric deviendra un acte programmatique. C'est pourquoi nous voulons développer des visites de l'église qui dépasse le simple parcours touristique afin de permettre aux visiteurs de mieux comprendre ce qui habite le peuple qui s'y rassemble », dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer