Le projet de l'îlot Tourigny attire de l'opposition

L'avenir du projet de l'homme d'affaires Gilles Bélanger à l'îlot Tourigny, à... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) L'avenir du projet de l'homme d'affaires Gilles Bélanger à l'îlot Tourigny, à Magog, paraît incertain. Tout laissait croire que le projet se réaliserait selon les plans du promoteur, mais un nombre suffisant de citoyens ont demandé l'ouverture d'un registre, ce qui pourrait conduire au rejet de la proposition élaborée.

Seulement une quarantaine de personnes habiles à voter, habitant à deux pas de l'îlot Tourigny, auront la possibilité de signer le registre. Si 15 signatures ou plus sont recueillies, la Ville de Magog sera forcée d'organiser un référendum avant d'autoriser le projet.

Aujourd'hui domicilié dans le secteur d'Eastman, l'ancien président de la SIDAC du centre-ville de Magog, Daniel Faucher, fait partie des gens qui remettent en question le projet de Gilles Bélanger, lequel permettrait l'ajout de plus de 150 emplois. Il s'est efforcé de mobiliser des voisins de l'îlot Tourigny.

«La Ville plaide la transparence et laisse sortir l'information au compte-goutte, affirme M. Faucher. Par exemple, on nous dit que Magog technopole profitera de locaux qui seront loués 15 $ du pied carré, mais on ne sait pas si c'est une bonne affaire pour la municipalité. On a tenté d'en apprendre plus auprès du greffe et du directeur général. On n'a cependant obtenu aucune réponse.»

D'après lui, la maison Tourigny-Laforest mérite d'être sauvée. Il ne peut se résoudre à la voir disparaître du paysage. «Plusieurs personnes pensaient que la municipalité ferait quelque chose pour lui donner une nouvelle vie», déclare-t-il.

Par ailleurs, Daniel Faucher soutient que la construction planifiée sera trop haute. «Un bâtiment avec une plus grande empreinte au sol obligerait le promoteur à faire les choses différemment en ce qui concerne le stationnement. Mais le résultat serait plus beau, probablement.»

Hamm surprise

La mairesse de Magog, Vicki May Hamm, ne s'attendait pas à ce qu'un tel mouvement d'opposition prenne forme après la présentation du projet de la Place Tourigny.

«Je suis surprise par l'ampleur que ça prend. On essaie de donner de l'information aux gens. Par contre, il y a beaucoup de désinformation qui est faite», allègue-t-elle.

Pour que le projet puisse se concrétiser, une modification au zonage est nécessaire. On souhaite autoriser la construction d'édifices à quatre étages à l'îlot Tourigny. La hauteur limite demeurera toutefois à 15 mètres.

Vicki May Hamm assure que le tarif de location fixé pour les éventuels locaux de Magog technopole est très intéressant. «On va économiser 100 000 $ en cinq ans grâce à ce tarif», lance-t-elle.

En ce qui concerne la maison Tourigny-Laforest, Mme Hamm note que la population magogoise accepterait certainement mal que la Ville injecte des dizaines de milliers de dollars pour la rénover. «On l'a achetée pour la démolir.»

Finalement, la mairesse dit tenir aux places de stationnement qui seraient aménagées à la Place Tourigny. Une trentaine d'entre elles serviraient aux usagers des services communautaires disponibles à proximité.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer