Le maire de Daveluyville devient attaché politique de Rayes

Antoine Tardif quittera la mairie de Daveluyville.... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Antoine Tardif quittera la mairie de Daveluyville.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(SHERBROOKE) Élu par une large majorité lors des élections municipales de novembre 2013, le maire de Daveluyville, Antoine Tardif, quittera ses fonctions à compter du 1er janvier afin d'agir à titre d'attaché politique du député conservateur Alain Rayes.

Le jeune élu (il était le deuxième plus jeune maire de la province en 2013) profitera de la fusion entre sa municipalité et la voisine de Sainte-Anne-du-Sault pour tirer sa révérence sans provoquer d'élections. Ce sera donc l'actuel maire de Sainte-Anne-du-Sault, Ghislain Noël, qui sera porté à la tête de la nouvelle municipalité.

S'il convient que ses électeurs lui ont confié un mandat de quatre ans, M. Tardif n'a pas l'impression de les laisser tomber. Il est fier du travail accompli au cours de son court mandat de deux ans et surtout de la réussite de la fusion.

« En deux ans, on (lui et ses conseillers) en a fait pas mal pour Daveluyville. Je suis satisfait de ce qui a été accompli. Une de mes priorités était la fusion avec Sainte-Anne-du-Sault, ça aura pris deux ans plutôt que quatre. Je quitte avec le sentiment du devoir accompli », dit-il.

Lorsqu'il a été élu à la mairie de Daveluyville, Antoine Tardif avait prévu allier ses activités politiques avec des études en droit. Il a finalement changé d'idée, complétant une maîtrise en administration publique qui avait comme stage final la direction de la campagne électorale d'Alain Rayes. Il affirme avoir vécu une belle aventure au cours de la campagne et être emballé à l'idée de continuer de collaborer avec l'ancien maire de Victoriaville.

« Nous aurons un beau défi à relever. Il faudra reconstruire le Parti conservateur avec un nouveau chef. Si le Parti veut reprendre le pouvoir dans quatre ans, il devra notamment être plus fort au Québec et les députés de la province seront nécessairement mis à contribution », signifie-t-il.

M. Tardif aurait pu, en toute légalité, conserver son poste de maire tout en accompagnant le député conservateur à Ottawa, mais il a préféré jouer franc-jeu et éviter toute apparence de conflit d'intérêts en cédant son poste. Il considère qu'avec Ghislain Noël, ses concitoyens sont entre bonnes mains.

Le jeune politicien ne ferme pas la porte à un éventuel retour en politique, plus tard dans sa carrière, mais il n'a pas de projet en ce sens, du moins pour les quatre prochaines années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer