«Je ralentis pour mieux avancer» - Isabelle Hallé

Isabelle Hallé quittera ses fonctions de directrice générale... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Isabelle Hallé quittera ses fonctions de directrice générale de la Chambre de commerce région de Mégantic à la fin novembre.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) La démission de la directrice générale de la Chambre de commerce région de Mégantic, Isabelle Hallé, a pris tout le monde par surprise, car il n'y avait pas vraiment de signes annonciateurs d'une telle décision de sa part.

La démission de la directrice générale de la Chambre de commerce région de Mégantic, Isabelle Hallé, a pris tout le monde par surprise, car il n'y avait pas vraiment de signes annonciateurs d'une telle décision de sa part.

« Il fallait être très près de moi pour les déceler et je n'ai pas, comme motivation première, d'aller relever d'autres défis qui m'attendent... C'est un geste très volontaire. Les dernières années ont été très exigeantes à plusieurs points de vue. Mon corps me parle. Il me dit : "J'ai été assez conciliant, je t'ai laissé aller, mais c'est peut-être le moment de penser à toi, je pourrais te lâcher!" » raconte celle qui s'est dévouée au sein de l'organisme depuis 2010, d'abord comme administratrice.

« Je dois dire que la mort de mon ami Yvon Ricard, que je connaissais depuis plus de 20 ans, m'a beaucoup secouée. Ce fut la goutte qui a fait déborder le vase. Il avait fait mon enterrement de vie de fille, comme chanteur. »

Elle avoue qu'il lui a été difficile de passer à travers les épreuves du quotidien à Lac-Mégantic, durant les dernières années.

« La situation négative nous entoure, on vit là-dedans en permanence. Ma démission s'explique simplement par le fait que je ne suis qu'un être humain... Je laisse un emploi et des collègues que j'aimais, car je faisais les choses avec passion. J'adore mon travail, j'y crois encore, je suis fière de la proximité développée avec les entreprises et la complicité qui s'est installée. Mais changer d'environnement va me faire du bien », témoigne-t-elle.

Mais qu'est-ce qui l'attend, pour la suite?

« J'ai toujours gardé en veilleuse mon entreprise, Promotions Héritage, qui s'occupe d'objets et de vêtements promotionnels. Et je vais collaborer avec Jacques Cloutier, à temps partiel, qui s'occupe d'un programme au Centre de formation professionnelle Le Granit, pour les jeunes et nouveaux entrepreneurs. Ça reste dans mon domaine. Il faut faire ce qu'on aime, avant toute chose. Mais je ralentis pour mieux avancer, je m'offre un cadeau, de moi à moi, sans m'arrêter. Je veux continuer à siéger sur certains comités entrepreneurs, à titre personnel, sans m'ingérer, bénévolement », confie-t-elle.

« Et être présente davantage à la maison, pour mon mari, car je me suis mariée, à travers tout cela, à l'été 2014, avec Jean-François Genesse, originaire de Coaticook, et pour mes deux garçons adolescents, d'une ancienne union. Lui a aussi une petite fille de 8 ans. Améliorer cette présence en réduisant l'activité du petit hamster dans la roue qui tournait tout le temps, dans ma tête, parce que j'étais trop occupée », confie-t-elle.

Candidate du Parti Québécois aux dernières élections, elle avoue qu'elle a aimé son expérience. « J'en mange de la politique. Je ne ferme pas la porte, mais je n'ai pas d'ambitions précises pour le futur. On verra l'avenir! Il faut que je travaille avec tout le monde. L'intégrité, c'est fondamental! » conclut-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer