Le BAPE informera la population des projets de Domtar

La population de la région de Windsor pourra en savoir plus sur les projets de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La population de la région de Windsor pourra en savoir plus sur les projets de cogénération à l'usine de Domtar à Windsor lors d'une séance d'information du BAPE le 17 novembre prochain.

La séance permettra aux citoyens de s'informer sur le projet, la procédure d'évaluation et d'examen des impacts sur l'environnement, le processus de consultation publique ainsi que sur le rôle du BAPE.

La Tribune révélait en août dernier que la papetière Domtar lancera dès l'an prochain les travaux d'installation de sa deuxième phase de cogénération, un investissement de 36 M$. En 2017, l'usine de Windsor pourra ainsi être en mesure de produire 18 MW d'électricité destinés à la vente.

Une deuxième turbine-alternateur (TA) verra le jour sur le site de l'usine de Windsor. L'entreprise a déjà conclu une entente avec Hydro-Québec qui lui permettra d'écouler les 18 MW qu'elle produira en 2017, soit l'équivalent de la consommation de 6000 maisons.

Le prix de vente sera variable selon le moment et la quantité d'électricité vendue durant l'année 2017.

Comme le projet ne nécessite pas de consommer des combustibles fossiles supplémentaires, l'empreinte environnementale de l'usine Domtar sera de beaucoup diminuée. Pour s'alimenter, la TA utilise la vapeur produite par les chaudières qui brûlent de l'écorce de bois et autres résidus.

Le BAPE fait remarquer que le projet prévoit la construction d'un nouveau bâtiment sur un terrain déboisé vacant à l'intérieur de son complexe industriel.

«En phase de construction, les répercussions sur le milieu estimées par le promoteur seraient pour la plupart de courte durée et d'intensité faible ou négligeable, en considérant l'application des mesures d'atténuation prescrites», mentionne le BAPE. «Elles concernent essentiellement la perturbation des sols, une modification de la qualité de l'air du voisinage des installations industrielles et une circulation accrue sur les routes d'accès à l'usine.»

En phase d'exploitation, les impacts résiduels ont aussi été jugés faibles ou négligeables par le promoteur, ajoute-t-on. «Ils concernent surtout la circulation des camions en lien avec le transport de la biomasse supplémentaire vers l'entreprise, les niveaux sonores émis autant par les installations que par le camionnage ainsi que la qualité de l'air associée à l'augmentation de la combustion par la chaudière à biomasse, notamment par rapport au dioxyde d'azote, au cadmium, au chloroforme et aux gaz à effet de serre.»

«Comme mesure d'atténuation, le promoteur prévoit sensibiliser les camionneurs à l'importance de respecter les limites de vitesse et le voisinage et de bien entretenir leurs véhicules. Il entend aussi inclure un volet relatif au bruit routier à son plan global de réduction du bruit déjà en cours sur sa propriété et à son programme de suivi environnemental proposé pour le projet.»

L'exploitation de la turbine-alternateur TA-2 devrait permettre la production d'énergie à un meilleur coût et favoriser le maintien de la rentabilité et de la compétitivité de l'usine face à la concurrence, et ainsi participer à consolider les 820 emplois actuels, précise le BAPE.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer