Une directive de l'école dénoncée

Les élèves de l'école Brassard/Saint-Patrice à Magog ne... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Les élèves de l'école Brassard/Saint-Patrice à Magog ne pourront se déguiser pour célébrer l'Halloween avec leurs enseignants cette année encore.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) La décision de l'école Brassard/Saint-Patrice de ne pas permettre aux élèves de se déguiser le 30 octobre prochain est dénoncée par un couple de parents déçus.

Nathalie Pelletier et Frédéric Balh aimaient se déguiser et aller célébrer un brin l'Halloween avec leurs enfants à l'école. Mais, pour une seconde année consécutive, les élèves de Brassard/Saint-Patrice ne pourront se costumer pour participer aux activités spéciales qui auront été organisées par les enseignants.

La fête de l'Halloween aura lieu samedi prochain. Le personnel enseignant de Brassard/Saint-Patrice aurait pu autoriser le port de déguisements la journée précédente, soit le 30 octobre, mais il s'en est abstenu.

Le 31 octobre 2014, il n'y avait pas davantage eu de classe à cette école, puisqu'une journée pédagogique était prévue à l'horaire ce jour-là. On avait aussi interdit les déguisements la journée précédente.

Au départ, Nathalie Pelletier et Frédéric Bahl ont pensé que la décision des enseignants constituait un nouveau moyen de pression lié aux négociations en vue du renouvellement de leur convention collective. Mais le couple a été informé qu'il n'en était rien.

« J'ai demandé à mes enfants s'ils préféraient se déguiser et avoir une journée de classe plus normale ou avoir différentes activités reliées à l'Halloween sans déguisement. Ils ont choisi la première option. Les costumes, c'est le coeur de la fête », fait valoir Mme Pelletier.

D'après elle, il serait préférable que l'établissement scolaire garde une porte ouverte. « Ce serait intéressant qu'on laisse les enfants libres de faire leur choix eux-mêmes. On devrait tout simplement le tolérer, s'ils ont le goût de mettre un déguisement », suggère-t-elle.

Mme Pelletier mentionne que l'interdiction de porter un costume, lors de l'Halloween 2014, avait rendu des enseignants de l'école inconfortables. « J'ai eu des discussions avec des gens et ça ne faisait pas l'unanimité », lance celle qui est aussi conseillère municipale à Magog.

Directrice de l'école Brassard/Saint-Patrice, Angela Elias affirme pour sa part que très peu de parents ont témoigné des réticences à l'égard de la position de son établissement, laquelle serait purement circonstancielle. « On nous a manifesté un désaccord et on a reçu deux questions », note-t-elle.

Mme Élias ajoute que la décision de son établissement ne brime en rien les enfants. « Ce n'est pas ça qui va éteindre les enfants. On ne les allume pas avec des choses qui, selon moi, sont superflues. On est d'abord là pour offrir un enseignement de qualité et je suis très heureuse du dévouement des enseignants de Brassard/Saint-Patrice », déclare-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer