Victoriaville aura un nouveau maire en février

Les citoyens de Victoriaville devraient élire un successeur... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les citoyens de Victoriaville devraient élire un successeur à l'ex-maire Rayes quelque part entre le 14 et le 29 février.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Élu à la Chambre de communes lors des élections fédérales de lundi, Alain Rayes a démissionné de son poste de maire de Victoriaville au cours de la journée d'hier, laissant son siège vacant. Selon le directeur général, Martin Lessard, on devrait nommer son successeur vers la fin février.

« Nous sommes à évaluer la situation. À première vue, nous devrions être appelés au scrutin quelque part entre le 14 et le 29 février selon nos prévisions », a-t-il annoncé.

Le conseil municipal prendra acte de la démission de M. Rayes lors de la séance du 2 novembre. On officialisera la date de l'élection avant le début du mois de décembre et la période de mise en candidature devrait s'ouvrir au retour des fêtes. Le prochain maire sera donc en poste pour une durée de 21 mois. Il devra à nouveau briguer le suffrage lors des élections générales de novembre 2017.

Au cours des derniers mois, l'ancien député fédéral André Bellavance et l'homme d'affaires André Guillemette avaient tous deux exprimé leur intention de succéder à Alain Rayes.

Heureux pour son ami Alain, qui pourra poursuivre son rêve de devenir député, M. Lessard vit toutefois un brin de nostalgie relativement à la relation qu'il a développée avec son maire des six dernières années.

« Nous avons développé une belle complicité et c'est ce qui nous a permis de faire avancer les projets à la vitesse grand V. L'interaction était facile, nous avions de la facilité à nous rejoindre et nous comprendre », a-t-il signifié.

Le directeur général est sûr qu'Alain Rayes saura bien représenter la circonscription à Ottawa. Il souhaite être en mesure de partager une aussi belle relation avec le prochain élu. « Je perds un maire, mais gagne un député. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer