La DSP veut en savoir plus sur les impacts de la tragédie de Lac-Mégantic

La Direction de santé publique (DSP) de l'Estrie veut obtenir un second coup de... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Direction de santé publique (DSP) de l'Estrie veut obtenir un second coup de sonde concernant les impacts sur la population de la tragédie ferroviaire survenue à Lac-Mégantic en 2013.

L'organisme annonce la tenue de la seconde phase de l'Enquête de santé populationnelle estrienne, dont la première a eu lieu à l'été 2014.

L'enquête se poursuit aussi cette année afin d'inclure deux nouveaux territoires, la Haute-Yamaska et Brome-Missisquoi, maintenant couverts par le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux - Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l'Estrie - CHUS).

L'impact de la tragédie de Lac-Mégantic sur la santé des gens mérite d'être approfondi, ajoute la DSP. Grâce à cet exercice, on pourra comparer les données recueillies en 2014 à celles de 2015 pour suivre l'évolution du rétablissement de cette communauté, analyse-ton dans un communiqué de presse.

Pour ce faire, 1600 personnes seront interpelées, soit 800 dans la MRC du Granit et autant dans les autres MRC de la région afin d'avoir un comparatif. «Les conclusions de cette enquête pourraient servir à mieux se préparer face à une éventuelle situation de crise avec une composante majeure sur la santé et le bien-être psychologique d'une population, de même que réajuster les services déjà offerts à la population», précise-t-on.

Les personnes répondantes, âgées de 18 ans ou plus, seront contactées de manière aléatoire par téléphone, de la mi-octobre au début décembre.

Elles pourront compléter l'enquête par téléphone ou sur internet, en français ou en anglais. La participation à cette recherche est confidentielle, sans risque et servira à améliorer l'état des connaissances sur une dizaine de thématiques, tout en alimentant les décideurs et intervenants en santé publique pour de meilleures prises de décisions, assure la DSP de l'Estrie. Les premiers résultats seront disponibles au début de l'été 2016.

Grâce à la première partie de l'enquête menée en 2014 en Estrie, la DSP a publié trois rapports, un article scientifique et a été appelée à présenter les résultats issus de cette étude à trois reprises ailleurs au Québec ou au Canada et à quatre reprises à l'international.

Plus de 8700 personnes de 18 ans ou plus avaient alors répondu à l'appel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer