Projet d'un nouveau quartier des affaires à Lac-Mégantic

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) L'avocat Daniel Larochelle espère donner naissance au nouveau quartier des affaires, à Lac-Mégantic, en construisant son édifice Le Loft au coin des rues Laval et Saint-Alphonse.

Plusieurs entreprises de services ont fait le même choix, dont Assurances Promutuel monts et rives, Postes Canada, l'avocat Robert Giguère et la notaire Suzanne Boulanger, Assurances FGL, le chiropraticien Yvan Plamondon et l'assureur Christian Tardif.

Le Loft nécessitera un investissement de 1,3 million $.

«Je construis en haut de la ville, pas au centre-ville, parce que le train y passe encore. Je ne comprends pas d'ailleurs le fait que la Ville de Lac-Mégantic avait annoncé au début qu'elle donnerait préséance aux propriétaires sinistrés qui avaient des terrains à l'ancien centre-ville, car ce n'est pas le cas.

«Aujourd'hui, déplore,-t-il, on est loin de construire au centre-ville. Ils sont trop tard. Il n'y a pas d'infrastructures de services, il n'y a pas d'électricité. Je souhaitais être replacé au même endroit où mon édifice a brûlé lors de la tragédie, mais ce n'est pas possible.»

«Je travaille fort, maintenant, parce que la Ville m'a joué quelques petits tours. Pour les crédits de taxes foncières, par exemple, je me suis fié au règlement municipal 1612 qui avait 10 pages. Mais je me suis rendu compte qu'il fallait avoir débuté la construction avant le 31 décembre 2014. J'ai mis la main sur un deuxième règlement numéro 1612, de 16 pages celui-là, qui émettait de nouvelles règles dont le fait qu'il fallait avoir débuté la construction avant le 31 décembre 2015 pour avoir droit au crédit de taxes foncières. J'ai en main mon permis de démolition, car j'ai dû acheter trois terrains pour construire mon édifice. Dans deux semaines, le béton des fondations sera coulé.»

Plus grand

Le rez-de-chaussée du Loft sera subdivisé en locaux commerciaux totalisant 3000 pi. ca. «Si je n'ai pas de locataires commerciaux, mon plan B sera d'y implanter mon bureau d'avocats et des bureaux d'autres professionnels. À l'étage, il y aura quatre appartements de style lofts urbains.»

L'avocat se risque à construire un peu plus grand que l'édifice qu'il occupait auparavant sur la rue Frontenac. «J'avais travaillé fort sur cet édifice délabré que j'avais rénové. Ça ne sera peut-être pas facile, mais j'ai décidé d'aller de l'avant avec ce projet. Ce sera une belle bâtisse, sur un bel emplacement.»

Un stationnement de 18 places est prévu à l'arrière du bâtiment.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer