Harper courtise Thetford Mines

De passage à Thetford Mines jeudi soir, le... (Collaboration spéciale, France lamothe)

Agrandir

De passage à Thetford Mines jeudi soir, le chef conservateur Stephen Harper a salué son député sortant Christian Paradis, qui a choisi de quitter la vie politique. C'est le maire de Thetford Mines Luc Berthold qui tente de garder le siège de Mégantic-L'Érable dans le giron conservateur.

Collaboration spéciale, France lamothe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nelson Fecteau
La Tribune

(Thetford Mines) C'est un Stephen Harper décontracté et visiblement en excellente forme qui s'est adressé jeudi soir à Thetford Mines à un rassemblement d'environ 200 personnes gagnées à la cause conservatrice et au candidat conservateur dans Mégantic-L'Érable, Luc Berthold.

« À quatre jours de l'élection, la présence de M. Harper est un témoignage de confiance à l'endroit de Mégantic-L'Érable. Sa présence dans l'usine de Pultrall est significative. Cette usine représente bien notre économie qui rayonne partout. Le gouvernement conservateur a toujours été là et a fait pour nous ce qu'aucun gouvernement n'a jamais fait avant », a affirmé le candidat Luc Berthold.

C'est à Denis Lebel qu'on avait confié la tâche de présenter son chef jeudi soir.

D'entrée de jeu, Stephen Harper n'a pas manqué de vanter sa « nouvelle génération de candidats. La meilleure équipe depuis très très très longtemps », n'a-t-il pas hésité à ajouter.

M. Harper a invité les militants présents à conserver le même dynamisme et la même détermination encore quatre jours pour finalement admirer un ciel encore plus bleu.

Le chef conservateur s'est appliqué à vanter le bilan économique de son gouvernement qui a permis six années de croissance en période d'instabilité et a fait du Canada un havre de stabilité. « Le Parti conservateur est le parti de la stabilité financière, de la prospérité et de la responsabilité alors que les libéraux et les néo-démocrates représentent le risque, l'inconnu et l'instabilité. Ne vous faites pas d'illusions. Ils ont une histoire. »

Lac-Mégantic

Il a présenté les libéraux fédéraux en utilisant les mots déficits et détournements de fonds. Du NPD, il a dit que ce parti semait la désolation et le découragement avec des économies ravagées. « Des promesses en l'air et une économie à terre », a-t-il lancé au grand plaisir de l'assemblée partisane.

Quant au Partenariat transpacifique, M. Harper a voulu se faire rassurant en affirmant que tous les secteurs allaient en profiter avec, au niveau de la gestion de l'offre, pleine compensation pour les agriculteurs. « Le Parti conservateur est le parti du libre-échange. C'est l'avenir de nos enfants, l'avenir de notre pays. »

Presque au tout début de son intervention, M. Harper a abordé la tragédie de Lac-Mégantic et la volonté du gouvernement conservateur de participer avec la population de l'endroit à faire revivre leur communauté, à contribuer à l'effort de décontamination et à la relance de l'économie. « Je veux saluer le leadership de Mme Colette Roy Laroche. »

Outre Denis Lebel, on remarquait également la présence du député-ministre sortant Christian Paradis et des candidats Marc Dauphin (circonscription de Sherbrooke), Alain Rayes (Richmond-Arthabaska), Jacques Gourde (Lévis-Lotbinière) et Gérard Deltell (Louis-Saint-Laurent).

Le préfet de la MRC des Appalaches, Paul Vachon, était entouré des maires Marc-Alexandre Brousseau, Camille David, Pascal Binet et Kaven Matthieu.

Stephen Harper a conclu en déclarant que les valeurs conservatrices correspondaient aux valeurs des Québécois à savoir un climat sécuritaire, des activités à visage découvert, la fierté du travail effectué par les Forces armées canadiennes en Irak et en Syrie et un bilan économique positif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer