700 élèves de La Frontalière ont appris à sauver des vies en 30 minutes!

Sur la chanson Staying Alive des Bee Gees,... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

Sur la chanson Staying Alive des Bee Gees, les élèves du troisième secondaire de l'école La Frontalière s'affairent à réanimer Gaston grâce à un vigoureux massage cardiaque, un geste simple qui pourrait un jour sauver un être cher et faire d'eux de véritables héros.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) Et s'il ne suffisait que de 30 minutes pour apprendre à sauver une vie? C'est ce que les 700 élèves de l'école secondaire La Frontalière de Coaticook ont appris cette semaine par le biais d'une formation éclair axée sur quelques gestes simples et efficaces pouvant faire la différence entre la vie et la mort d'une personne inconsciente ou en arrêt cardiaque.

La formation «Héros en trente» a été mise sur pied par le ministère de la Santé et des Services sociaux en collaboration avec la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC et la Corporation d'urgences-santé d'après une idée originale du Dr Paul E. Pepe au Texas.

« Si personne ne fait rien, à chaque minute qui passe la personne perd 10% de chances de survie, explique Louis-Charles Boisvert, coordonnateur des premiers répondants et des programmes de DEA publics en Estrie. En plus de survivre ou de ne pas survivre, à partir de cinq minutes, le cerveau commence à se désagréger, d'où l'importance qu'il y ait le plus de gens qui sachent comment faire la réanimation cardiorespiratoire et comment se servir d'un défibrillateur. »

À ce jour, la formation a été offerte dans cinq écoles secondaires de la région estrienne, l'objectif étant de rencontrer tous les élèves, et ce, chaque année! En trente minutes, la formation réussit à initier les jeunes à la technique de Heimlich pour les victimes d'étouffement, aux massages cardiaques, à l'utilisation du défibrillateur externe automatisé (DEA) et, bien entendu, en leur rappelant de composer le plus rapidement possible le 911. Le mot d'ordre étant d'agir immédiatement en attendant l'arrivée des secours.

« Le pire qu'il puisse arriver lors d'un massage cardiaque, c'est une fracture des côtes dont on guérit, partage le Dr Wayne Smith. Mais le pire qui peut vraiment arriver, c'est qu'on laisse mourir une jeune personne qu'on aurait pu sauver. » Il faut savoir qu'en Estrie, 40 % des patients sauvés sont dans la quarantaine et moins, dont certains de 15 ans. Parallèlement, le nombre de défibrillateurs externes automatisés publics est passé de 15 à 300 en l'espace de quatre ans. Reste maintenant à éduquer le grand public, puisqu'à peine 4 % à 6 % de Québécois savent se servir d'un DEA.

Les écoles ou groupes intéressés à se prévaloir de la formation «Héros en trente» sont invitées à communiquer avec Louis-Charles Boisvert en appelant au 819 829-3400, poste 4230. La formation est entièrement gratuite et comprend tout le matériel nécessaire, instructeurs et mannequins inclus!

« La santé c'est l'affaire de chacun d'entre nous, mais pour sauver des coeurs, ça prend toute une communauté! » conclut le Dr Smith.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer