Viandes Laroche en eaux troubles

Moins de six mois après avoir obtenu une garantie de prêt de 2 millions $ du... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Moins de six mois après avoir obtenu une garantie de prêt de 2 millions $ du gouvernement du Québec pour sauver l'entreprise, tout indique que Les Viandes Laroche rend les armes.

Une rumeur de fermeture s'est répandue rapidement dans la ville d'Asbestos mercredi et les employés - un peu plus d'une centaine - sont convoqués à une réunion jeudi matin. Selon les informations obtenues par La Tribune, on parlerait de fermeture, mais on ne peut préciser pour l'instant s'il s'agit d'une fermeture permanente ou temporaire.

Au changement de quart de travail en fin d'après-midi mercredi, à l'usine de transformation du boulevard Industriel, les visages des employés exprimaient déjà l'appréhension d'une mauvaise nouvelle.

Car advenant la fermeture de Viandes Laroche, c'est toute une onde de choc qui est à prévoir dans la région puisque cette entreprise est maintenant un des plus gros employeurs d'Asbestos. Or bien que tous les efforts soient consentis par le milieu socio-économique pour relancer l'économie de la MRC des Sources, les temps demeurent difficiles.

À la Ville d'Asbestos, on avait eu vent de la nouvelle, mercredi, mais on était toujours en attente d'une communication officielle de l'entreprise en milieu d'après-midi. En l'absence du maire Hugues Grimard, en vacances jusqu'à la fin du mois, le directeur général Georges-André Gagné s'est dit toutefois peu surpris du silence de la direction de Viandes Laroche puisqu'elle n'a aucune créance avec la Ville.

La députée provinciale Karine Vallières, pour sa part, n'a pu confirmer ni infirmer la nouvelle, en attente elle aussi d'une communication officielle. Elle précise toutefois avoir joué de prudence en contactant déjà Emploi-Québec pour préparer la suite des choses pour les travailleurs mis à pied.

Mme Vallières a rappelé que depuis 2009, le gouvernement du Québec avait offert un peu plus de 3 millions $ à Viandes Laroche, sous forme de prêt ou de garantie de prêt, pour l'aider à affronter les soubresauts de l'industrie.

«On sait que l'entreprise est en grande difficulté financière depuis un bon nombre de mois déjà.»


Au cours de la dernière année plus particulièrement, la hausse fulgurante du prix du boeuf et la baisse du dollar canadien ont fragilisé la santé financière de l'entreprise.

« On sait que l'entreprise est en grande difficulté financière depuis un bon nombre de mois déjà, dit Mme Vallières. (....) Le gouvernement a été très présent dans le dossier de Viandes Laroche. Mais là il faut passer de l'État subventionnaire à l'État partenaire et s'assurer que les orientations de l'entreprise sont bonnes pour sa survie », défend-elle.

La députée explique être restée en contact quasi hebdomadaire avec les dirigeants de Viandes Laroche depuis le printemps et avoir fait le maximum pour les épauler, mais avec la hausse fulgurante du prix du boeuf, l'entreprise est arrivée à un point où le risque était devenu trop grand pour l'État partenaire, laisse-t-elle voir.

« Ma job de députée maintenant, dit Karine Vallières, c'est de faire en sorte qu'il y ait le moins d'impacts possible sur les familles de la région. »

En avril 2015, au moment d'obtenir cette garantie de prêt de 2 millions $, Viandes Laroche donnait du travail à une centaine de personnes et on évaluait son rayonnement régional à une centaine d'emplois indirects. 

La députée rappelle que la région a toujours accès à un Fonds de diversification économique mis en place pour pallier la fin de l'industrie de l'amiante.

La direction des Viandes Laroche n'avait pas répondu à la demande d'entrevue de La Tribune mercredi soir.

- Avec Yvan Provencher

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer