Sécurité ferroviaire

1000 personnes sur le même pas à Lac-Mégantic

Des manifestants d'un peu partout au Québec et même des États-Unis ont marché... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) Des manifestants d'un peu partout au Québec et même des États-Unis ont marché dans les rues de Lac-Mégantic, samedi, à l'invitation de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic et du Rassemblement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ).

Ravis de cette participation, les organisateurs estiment que l'événement a rassemblé autour de 1000 personnes, en provenance, entre autres, de Philadelphie, Washington, Saint-Hyacinthe, Saint-Hilaire, Montréal et sa rive sud, Sainte-Agathe-de-Lotbinière et d'ailleurs. Plusieurs personnes de Lac-Mégantic et sa région étaient également présentes.

C'est en terme de rayonnement que l'activité risque d'avoir des suites, les organisateurs croyant avoir ainsi réussi à sensibiliser les autorités concernées par la sécurité ferroviaire.

«Nous pouvons dire mission accomplie avec cette marche. Nos principaux objectifs ont été atteints, soit demander l'arrêt immédiat du transport des matières dangereuses, tant que la voie ferrée ne sera pas réparée, obtenir le maintien du lien ferroviaire pour notre parc industriel et la construction rapide d'une voie de contournement ferroviaire d'ici deux ans maximum», a déclaré Robert Bellefleur, dans le stationnement du Centre sportif Mégantic (CSM), immédiatement après la marche.

C'est aux échos cadencés des slogans «Crions plus fort, on ne veut plus du train de la mort», «MMA ne reviendra pas», «Qu'est-ce qu'on veut? La SÉCURITÉ!» «Le 6 juillet 2013, jamais plus!» et «Bye Bye Harper!» que les marcheurs ont déambulé dans les rues principales du centre-ville de Lac-Mégantic.

Au terme de la marche, de retour dans le stationnement du CSM, les leaders Alain Guillon, du RVHQ, et Daniel Green, chef adjoint du Parti vert du Canada et candidat aux élections fédérales dans Ville-Marie sud-ouest- Île-des-Soeurs, ont prononcé de courtes allocutions, tout comme Me Thomas Walsh, avocat de Tom Harding, co-accusé de la Montreal Maine and Atlantic Railroad (MMA) à la suite de la tragédie du 6 juillet 2013.

M. Guillon a exprimé le souhait que les Méganticois puissent dormir sur leurs deux oreilles. «Nous venons soutenir la Coalition qui dénonce la situation... Le rapport du Bureau de la sécurité dans les transports (BST) a statué clairement que les voies ne sont pas sécuritaires pour le transport du pétrole de shiste du Dakota du Nord, des convois qui passent également par Detroit, Toronto et Montréal. Le pétrole qui a coulé sur Lac-Mégantic contenait des substances cancérigènes. Sa dangerosité a été sous-évaluée et plusieurs failles ont été mises au jour...» L'homme a souligné l'excellent travail des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic.

Quant à Thomas Walsh, il s'est dit heureux de voir la foule ayant participé à la marche. Il a fait état d'une manifestation de la grande association des cheminots, lundi (hier) à Chicago. «Il faut exercer notre pouvoir de demander ce qu'on a le droit d'avoir...», a-t-il exprimé.

Finalement, Daniel Green se décrit comme un ardent défenseur de Lac-Mégantic.

«J'étais ici au Jour 5, dans la rivière Chaudière, regardant passer l'huile. Il y avait encore de la fumée sur le site de la tragédie. J'avais de la difficulté à faire mon travail de documentation de la rivière, ce fut l'un des moments les plus difficiles de ma carrière...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer