Plan d'indemnisation: «Un bon deal malgré tout»

Daniel Larochelle... (Archives La Tribune)

Agrandir

Daniel Larochelle

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) L'avocat Daniel Larochelle, de Lac-Mégantic, le prendrait personnel si le Canadien Pacifique bloquait le plan d'indemnisation de plus de 435 millions $ en interjetant appel de l'entente déjà approuvée.

«Ça serait un échec total pour moi si on devait dire aux gens qu'on n'a pas d'argent pour eux avant deux ans! Parce que 435 millions $, ce n'est pas rien. Je m'attendais à moins. Si le CP obtient le droit de faire appel, ça bloque tout et ça va prendre deux ans avant que ça aille de l'avant à nouveau. D'ici là, les compagnies qui contribuent au fonds et à l'entente pourraient décider de se retirer», a indiqué Me Larochelle en entrevue.

«Cette requête du syndic Richter, qui s'occupe de la faillite de la MMA, c'est comme une entente entre la MMA et le CP. Mais nous aussi nous en faisons partie par le biais du recours collectif, par la force des choses. Ça devient assez technique à un moment donné.»

Le CP ne mettra pas d'argent à court terme, d'après lui.

«Il n'y a rien de conclu. La requête du syndic, c'est pour changer quelques mots dans le plan qui permettrait au CP d'abandonner son appel, mardi prochain. Au moins, il ne participe pas, mais il ne bloquerait pas l'entente. Il ne faut pas perdre notre chance d'avoir les 435 millions $ et on garde nos droits de poursuite du CP par après», ajoute Me Larochelle.

«Nous on scrute toutes les virgules pour éviter les pièges. Nous avons fait ouvrir les yeux du gouvernement du Québec sur certaines choses. La nouvelle requête de la MMA, c'est une formulation différente. Un amendement au plan d'indemnisation pour satisfaire le CP. Le juge Gaétan Dumas va entériner le tout jeudi matin (aujourd'hui), à Granby. Je pense que c'est un bon deal malgré tout, car un appel aux États-Unis va beaucoup moins vite qu'au Québec», explique l'avocat.

Des citoyens ne perdent pas espoir

«Le CP aurait dû participer, parce qu'ils y sont jusqu'au cou dans ça. Ils auraient dû s'entraider avec les autres compagnies, au lieu de laisser faire les choses», croit le citoyen Doris Poirier.

«Je trouve correct d'en être venu à une entente. Je crois que le CP veut étirer la sauce, estime de son côté Micheline Thibodeau. Les poursuivre, un jour, ça risque de prendre du temps. Je serais contente si l'indemnisation des victimes pouvait se faire, car tout ce qui traîne se salit!»

«Je ne suis pas surpris, commente pour sa part Gilles Rodrigue. Le CP veut sûrement s'en sortir à meilleur marché possible. Juste d'avoir changé ses intentions, c'est déjà quelque chose. Mais à quel prix? Si ça se règle vite, je suis heureux, parce que les victimes vont être indemnisées rapidement. Le CP va probablement faire une offre, ils vont refuser le montant réclamé. Ça serait mieux de se régler actuellement.»

ronald.martel@latribune.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer