Match nul au débat de la Chambre de commerce région de Mégantic

Trois candidats de la circonscription de Mégantic-L'Érable ont... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Trois candidats de la circonscription de Mégantic-L'Érable ont pris part au débat de mardi soir, organisé par la Chambre de commerce région de Mégantic. Ils entourent l'animatrice du débat et directrice générale de la Chambre, Isabelle Hallé. Ce sont Jean-François Delisle, du Nouveau Parti démocratique (NPD), David Berthiaume, du Parti libéral du Canada, et Luc Berthold, du Parti conservateur du Canada.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Le débat organisé par la Chambre de commerce région de Mégantic n'aura fait ni gagnant ni perdant, mardi soir, au Centre sportif Mégantic (CSM), entre les candidats dans la circonscription de Mégantic-L'Érable.

Parmi les principaux partis politiques, seulement trois candidats avaient accepté l'invitation, soit David Berthiaume, du Parti libéral, Luc Berthold, du Parti conservateur, et Jean-François Delisle, du Nouveau Parti démocratique (NPD). La candidate du Bloc québécois Virginie Provost n'a pu prendre part au débat.

Si l'organisation de l'activité a voulu ratisser très large en touchant à peu près tous les sujets possibles, la longueur des questions et de trop nombreuses catégories de questions - de la Chambre de commerce, des membres de la Chambre, entre les candidats et du public - ont fait en sorte que le débat s'est étiré et que l'activité est tombée dans la redondance.

Comme on pouvait s'y attendre, le candidat du Parti conservateur, l'ancien maire de Thetford Mines Luc Berthold, a essuyé la majeure partie des critiques tout au long de la soirée, comme candidat représentant le parti au pouvoir que les deux autres veulent remplacer. Surtout que la circonscription de Mégantic-L'Érable demeure le fief du ministre conservateur sortant, Christian Paradis, qui a déjà été lieutenant du Québec pour le premier ministre Harper.

Chaque candidat a semblé à l'aise sous les projecteurs avec la pression de répondre à un auditoire scrutateur. Visiblement, la cinquantaine de participants tout au plus réunis au CSM ne manquaient ni d'intérêt ni d'attention.

Jean-François Delisle, du NPD, ne s'est pas gêné pour marteler le candidat conservateur, M. Berthold, à chaque occasion qu'il avait de le faire. Les candidats ont repris les idées qu'on avait, pour la plupart, entendues de leurs chefs, dans les semaines précédentes.

Le thème du chemin de fer et de la sécurité ferroviaire est revenu constamment dans les discussions, où M. Delisle du NPD a réitéré que son parti proposera rapidement d'apporter les correctifs aux rails et fera accélérer l'étude de faisabilité d'une voie de contournement du centre-ville pour sa réalisation plus tôt que prévu. Évidemment, cela a soulevé des réactions de scepticisme de la part du candidat conservateur, dont le gouvernement sortant n'est pas chaud au sujet d'une voie de contournement qu'il faudrait multiplier par autant de municipalités canadiennes recevant des trains dans leurs centres-villes, selon lui.

M. Berthold, pour sa part, a dit bien connaître le fonctionnement du gouvernement et des municipalités, à cause de ses antécédents, tout comme les dossiers de la région du Granit.

Pour ce qui est du libéral David Berthiaume, il a beaucoup insisté sur le Centre de recherche Oleotek qu'il a fondé à Thetford Mines, qui emploie 27 personnes et joue un rôle important dans la diversification économique de la région. Il l'a donné comme exemple tout au long de la soirée. Il a martelé «que la région est due pour du changement. L'approche conservatrice a fait son temps!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer