Un débat électoral sans grand gagnant à Magog

Les candidats Catherine Lusson, Patrick Paine, Denis Paradis,... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Les candidats Catherine Lusson, Patrick Paine, Denis Paradis, Charles Poulin et Patrick Melchior ont tous les cinq participé au débat électoral tenu au Théâtre Magog mardi soir.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Transport du pétrole, tourisme, environnement, famille et économie sont les thématiques qui ont le plus retenu l'attention lors du débat entre les candidats de la circonscription de Brome-Missisquoi tenu au Théâtre Magog mardi soir.

Les cinq candidats ont su tirer leur épingle du jeu à un moment où un autre du débat. Davantage habitué à ce type d'exercice, l'ancien député libéral et ministre Denis Paradis a semblé le plus à l'aise lorsqu'il répondait aux questions de l'animateur Emmanuel Choquette ou échangeait avec ses opposants.

Figurant parmi les favoris dans la circonscription de Brome-Missisquoi, la candidate du Nouveau parti démocratique, Catherine Lusson, a pour sa part démontré qu'elle connaît relativement bien ses dossiers et le programme de son parti.

Sans doute nerveux au départ, le candidat conservateur Charles Poulin a réussi à prendre le rythme après les premiers échanges. Il a néanmoins avoué à la fin qu'il avait encore beaucoup « de choses à apprendre » en tant que politicien.

Représentant un parti qui est presque disparu en 2011, le bloquiste Patrick Melchior n'avait aucun complexe. Il a notamment attaqué Catherine Lusson en déplorant que le Nouveau parti démocratique souhaite mettre sur pied un réseau de garderies subventionnées dans l'ensemble du Canada.

« Les garderies subventionnées, c'est une invention québécoise. Vous n'avez pas à vous ingérer dans ce domaine », a lancé M. Melchior après avoir entendu Mme Lusson souligner que le Québec serait compensé s'il n'adhérait pas à l'éventuel programme de garderie.

Les meilleurs échanges ont probablement eu lieu quand il a été question du transport du pétrole. Le candidat du parti Forces et démocratie, Patrick Paine, a été lapidaire à l'endroit du gouvernement conservateur. « Le gouvernement est-il à l'aise de mettre nos vies en péril pour transporter du pétrole? La réponse semble être oui », a-t-il tranché.

Au préalable, Catherine Lusson avait tenu le gouvernement canadien et Transports Canada responsables de la catastrophe survenue à Lac-Mégantic en juillet 2013.

« Oui, on peut blâmer Transports Canada, mais la vérité c'est que la procédure concernant les freins n'a pas été suivie à Lac-Mégantic, a répondu Charles Poulin. Le dossier est en cour, mais il y a probablement eu négligence. Malgré tout, c'est certain qu'on a aussi du travail à faire de notre côté. »

Denis Paradis a par ailleurs déploré le manque de vision du gouvernement de Stephen Harper en matière de gestion des postes douaniers. Il a soutenu que les conservateurs ont commis une grave erreur en réduisant de façon importante les heures d'ouverture de plusieurs petits postes frontaliers. « En faisant ça, on diminue la sécurité », a-t-il soutenu.

Ayant attiré environ 70 personnes, le débat d'hier était organisé par la Chambre de commerce et d'industrie Magog-Orford, en collaboration avec TVCOGECO et le tout jeune Théâtre Magog. TVCOGECO diffusera le débat à quelques reprises au cours des prochains jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer