Pacte fiscal : Hamm affiche des sentiments partagés

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Le nouveau pacte fiscal unissant le gouvernement du Québec aux municipalités suscite des sentiments partagés chez la mairesse de Magog, Vicki May Hamm.

«J'ai voté pour le pacte fiscal, mais je suis tout de même un peu déçue en ce qui concerne le côté monétaire, reconnaît sans difficulté Mme Hamm. Cela dit, les engagements du gouvernement par rapport à l'autonomie des municipalités m'apportent beaucoup d'espoir.»

La mairesse de Magog est notamment ravie que le pacte fiscal prévoie la mise en oeuvre des recommandations du rapport Perrault, qui porte sur la reddition de compte dans le monde municipal. Ce rapport devrait être dévoilé publiquement au cours des jours ou semaines à venir.

Selon Vicki May Hamm et de nombreux autres maires au Québec, le gouvernement provincial exige trop des municipalités en matière de reddition de compte. «On a réussi à démontrer qu'il y avait des absurdités et qu'il serait possible de faire des économies non négligeables dans ce domaine», explique la mairesse de Magog.

Par ailleurs, l'engagement du gouvernement à compenser pleinement les municipalités en cas de hausse de la taxe de vente du Québec (TVQ) réjouit Mme Hamm. «Ça signifie que, si la TVQ augmente d'un ou deux pour cent, on récupérera entièrement l'argent additionnel qui sera perçu par le provincial grâce à cette taxe. On ne perdrait pas plus à ce chapitre et c'est une bonne chose.»

Quant à l'engagement du gouvernement en lien avec la négociation des conventions collectives, la mairesse affirme qu'il n'aura pas d'impact à Magog. «Ce sera pratique d'avoir de nouveaux outils pour les négociations avec les employés municipaux, mais on n'a pas de problème de ce côté chez nous», précise-t-elle.

Vicki May Hamm admet enfin que plusieurs maires craignent de voir Québec renier ou omettre d'honorer des portions du pacte fiscal. «Les gens ont vu plein de ministres leur promettre des choses sans livrer la marchandise. La relation de confiance a été atteinte», admet-elle.

Pour sa part, le préfet de la MRC de Memphrémagog et vice-président de la Fédération québécoise des municipalités, Jacques Demers, affiche sa satisfaction à l'égard du contenu du pacte fiscal.

«Il y a moins d'argent disponible et les budgets municipaux seront difficiles à faire cette année, souligne M. Demers. Par contre, à plus long terme, on sait que les petites municipalités regagneront ce qu'elles ont perdu au plan monétaire l'an dernier.»

jean-francois.gagnon@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer