Lac-Mégantic: une lutte à trois dans Québec-Central

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Trois candidats sont sur les rangs dans le district Québec-Central en vue des élections du 1er novembre à Lac-Mégantic.

Jean Bilodeau, un Méganticois pure laine de 51 ans, nouveau retraité, est motivé par le fait qu'il y a beaucoup de travail à accomplir. « Je ne veux pas que dans 10 ans, Lac-Mégantic soit devenue une ville de retraités seulement. Je veux rebâtir et qu'on s'organise pour gérer les finances convenablement. Mes forces, c'est gérer, administrer, planifier », déclare ce propriétaire d'immeubles à logements, qui a travaillé 32 ans chez Bestar.

« Mes priorités sont la voie ferrée et la rue Frontenac. J'espère que le dossier de cette rue ne sera pas finalisé au complet avant qu'on arrive au conseil... Pour notre manque de main-d'oeuvre, il faut aller chercher des personnes dans d'autres régions au Québec où le taux de chômage est élevé... »

Laval junior Fortier souhaite faire un retour au conseil municipal, puisqu'il a été conseiller pendant 13 ans, de 1989 à 2002. Âgé de 67 ans, il est né lui aussi à Lac-Mégantic et a longtemps vécu dans le quartier Québec-Central.

« Les dépenses de la Ville sont très élevées, à commencer par les salaires du maire et des conseillers, estime M. Fortier. Il y a de l'amélioration à faire sur tout et particulièrement sur l'information à fournir à la population, ce qui a beaucoup manqué. Il faut trouver des moyens de baisser les taxes. Au conseil, je vais m'occuper des dossiers que le maire voudra me confier », dit celui qui a été facteur pendant 30 ans.

Jean-Pierre Robitaille, quant à lui, est né à Sherbrooke et a choisi la retraite en 2014. Âgé de 61 ans, il a travaillé à la production de journaux et de produits commerciaux. Tout ce qui entoure la voie ferrée constitue un grand facteur de motivation pour cet ingénieur de formation. Il veut faire avancer plus rapidement les projets locaux autour du rail.

« L'expansion de Lac-Mégantic me tient à coeur. Le nombre de Méganticois tend à baisser, il faut se réajuster, pallier au manque de communication des dernières années. Je veux être un vulgarisateur auprès des citoyens, pour démystifier la situation. J'ai de la crédibilité comme ingénieur. Je veux participer à la solution, en étant un atout pour la population. »

Deux luttes à deux dans Centre-ville et Fatima

Le seul élu du conseil municipal de Lac-Mégantic qui demande un renouvellement de mandat, André Desjardins, devra défendre son siège contre Pierre Mercier, un chirurgien-dentiste à la retraite qui se préparait déjà à briguer les suffrages juste avant la tragédie de juillet 2013.

Assidu des réunions du précédent conseil municipal, il a été lui-même élu à Fermont, sur la Côte-Nord, et oeuvre comme bénévole dans un paquet d'organismes.

La situation financière de la Ville demeure sa principale motivation pour se présenter. Il réfute les allégations de son adversaire qui dit que la dette de la Ville n'est pas de 38 millions $, mais de 28 millions, car « les 10 millions $ qu'il affirme que le gouvernement doit àLac-Mégantic sont des dépenses non autorisées qui ne seront probablement pas remboursées par Québec », craint-il. M. Mercier croit même que Lac-Mégantic est plus proche de la tutelle que de l'autonomie complète.

« Si on regarde le budget d'une ville comme Farnham, à 12 millions $ annuellement, et qui compte 8500 de population, Lac-Méganticdépense trop avec un budget de 18 millions $ pour une population de moins de 6000 », indique-t-il.

Dans le district de Fatima, Jasmin Brière, 35 ans, qui a annoncé sa candidature depuis plusieurs semaines, sera confronté à Mario Lacasse, 65 ans, qui compte 37 ans d'expérience dans le secteur de la santé.

Il s'est aussi impliqué, notamment, dans le syndicalisme et il a oeuvré comme directeur général du Village Harmonie, une résidence pour personnes âgées de Lac-Mégantic.

« Ma philosophie, c'est une approche humaine, à l'écoute des gens, centrée sur les dossiers pour analyse, interprétation, décision et action. Je veux redonner à Lac-Mégantic le mode de vie d'avant la tragédie, car tout a été perturbé, psychologiquement, côté humain, économiquement et sur le plan environnemental. Je veux faire augmenter la qualité de vie des citoyens. Il faut continuer et mener à bon port ce grand navire qu'est Lac-Mégantic. »

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer