La grande petite séduction de la Vallée de la Coaticook

À l'avant: Sara-Jane Breault, Élodie Mbeng, Ideal Zakatsiranto... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

À l'avant: Sara-Jane Breault, Élodie Mbeng, Ideal Zakatsiranto et Annie Laplante, agente de migration pour Place aux jeunes Coaticook. À l'arrière, le maire de Dixville Martin Saindon, Étienne Lafortune, Danielle Lamontagne, présidente du Café des aînés à Dixville, Marie-France Pichette et Gabriel St-Pierre, Cassandre Comtois et Jordan Herbert, Ny Aina Randriamanga et Stéphanie Patenaude du Carrefour Jeunesse Emploi.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(DIXVILLE) Venus d'un peu partout au Québec, quelques participants mettaient le pied en Estrie pour une toute première fois, d'autres y sont venus pour étudier, alors que certains découvraient la ruralité dans toute sa générosité et sa réalité. Leur objectif, explorer les possibilités qu'offre la Vallée de la Coaticook, tant au niveau de l'employabilité que du démarrage de leur propre entreprise, de même que l'opportunité de dénicher un milieu de vie qui leur ressemble. Véritable marathon exploratoire, durant tout le weekend ils ont été accueillis à Coaticook, East Hereford, Saint-Venant, Saint-Malo, Sainte-Edwidge-de-Clifton, Compton, Waterville et Dixville. «Je leur vends mon village, mais l'important est qu'ils viennent s'établir ici pour y demeurer, partage Martin Saindon, maire de Dixville. Je n'ai donc pas intérêt à leur raconter n'importe quoi et qu'ils quittent parce qu'ils ont été déçus. Déménager est une grosse décision et il est important qu'ils fassent le bon choix.» À Dixville, les projets écologiques ont d'ailleurs retenu l'attention des participants, dont le futur quartier destiné à accueillir des résidences écodurables, ainsi que des micromaisons.

Les potentiels citoyens de la Vallée de la Coaticook en avaient d'ailleurs long à dire sur leur séjour, ne se tarissant pas d'éloges sur la beauté des paysages, le sentiment d'appartenance de la communauté envers son village, la fierté, la chaleur et la disponibilité de ses gens, la proximité entre les citoyens et leur conseil municipal, l'esprit communautaire et cette petite touche qui rend chaque municipalité unique en son genre. À défaut de venir y vivre, on se promet bien d'y revenir avec des amis pour les nombreux attraits touristiques, notamment ceux liés à la culture et au plein air.

En guise d'au revoir, le maire de Dixville a remis à chaque participant ses coordonnées personnelles avec l'assurance qu'il demeure présent et à l'écoute de tous ses citoyens, même ceux en devenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer