Sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic: Vandersleyen réplique à John Giles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Chargé de cours à l'Université du Québec à Rimouski en gestion de projet, Jacques Vandersleyen se dit autorisé et compétent pour agir comme consultant spécialisé auprès de la coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic.

Surtout que la Société Radio-Canada ne se gêne pas pour le consulter à l'occasion, dans ses émissions d'information au réseau RDI, amène-t-il en référence.

Pour ces raisons, M. Vandersleyen n'est pas tendre envers le président de la Central Maine and Quebec (CMQ) Railway, John Giles, qui a attaqué sa crédibilité dans une entrevue rapportée il y a quelques  jours dans La Tribune.

« Vos engagements, que ce soit devant les médias ou au centre sportif de la ville martyre de ce chemin de fer ne changeront pas la donne, puisque dans la suite des faits, rien ne laisse à penser qu'effectivement la situation ne s'améliorera sur le terrain. Ceci confirmé entre autres par votre manque de réalisme à reconnaître que l'outil ne résistera plus de nombreuses années », argumente M. Vandersleyen.

« Vous évoquez Transports Canada qui, dans une communion de pensée vous rendant fort aise, abonde (dans le même sens que vous). Est-il encore utile de vous rappeler que la responsabilité de cette institution a été lourdement grevée par les inspecteurs du Bureau de sécurité dans les transports (BST)? »

« Vous accusez la Ville de Lac-Mégantic de ne pas diffuser les rapports d'inspection de Transports Canada, mais permettez-moi de vous dire que diverses personnes ont demandé ces mêmes rapports par le biais de la Loi sur l'accès à l'information et sont toujours restés bredouilles... La raison ne serait-elle pas simplement que ces rapports n'existent pas? »

M. Vandersleyen a travaillé sur la réhabilitation des voies ferrées à plusieurs endroits dans le monde ainsi qu'à la construction de wagons-citernes. Il estime que les 22 millions $ que le président de la CMQ soutient avoir investis pour améliorer la voie ferrée de la MMA ne sont que quelques gouttes d'eau dans l'océan.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer